BFMTV

Élections régionales: des listes "covido-sceptiques" sur la ligne de départ?

Des électeurs français dans l'isoloir à Auxerre (illustration)

Des électeurs français dans l'isoloir à Auxerre (illustration) - PHILIPPE DESMAZES / AFP

En région Sud, Pays de la Loire et Bretagne, des listes conduites sous le parrainage des collectifs Reinfo Covid et Fédération citoyenne ont pu être déposées.

Comme une réminiscence des listes estampillées "gilets jaunes" des élections européennes de 2019. À un mois des régionales, le champ politique s'éclaircit et les nombreux candidats sont désormais identifiés. Comme à chaque scrutin intermédiaire, il y a les listes qui attirent l'essentiel de la lumière médiatique, celles portées par les principales formations politiques ou par leurs émanations locales. Et puis il y a les listes plus "confidentielles".

En l'espèce, dans trois régions, à savoir la Bretagne, les Pays de la Loire et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur, des listes intitulées "Un nôtre monde" ont été validées sur le fil. Selon France 3, pour ce qui concerne la région Sud, cette liste est parrainée par les collectifs Reinfo Covid et Fédération citoyenne. Le premier d'entre eux est porté par l'anesthésiste réanimateur Louis Fouché, qui a participé au documentaire conspirationniste Hold-up, lequel entendait démontrer que le Covid-19 est un outil de domination de l'humanité par ses élites globalisées.

À ce titre, comme l'a tweeté un journaliste du Monde qui couvre ces sujets, le complotiste notoire Silvano Trotta a diffusé un message sur l'application de messagerie cryptée Telegram dans lequel il signale que Louis Fouché et Reinfo Covid cherchent "urgemment des candidats" pour leurs listes aux régionales. De quoi potentiellement jeter un lourd soupçon sur lesdites listes, dont il reste à clarifier si les candidats défendront ou non des positions anti-masques ou hostiles aux mesures de restriction, par exemple.

Société civile

Faisons le détail des listes. En Paca d'abord, c'est Mikael Vicenzi qui candidate au nom d'"Un nôtre monde". Aucun communiqué de presse n'a pour l'heure été rédigé afin d'inscrire noir sur blanc les intentions ou les propositions de ces listes. Il faut s'en tenir d'abord au site officiel de ce collectif, qui revendique six piliers: "Co-construction, Démocratie, Écologie, Ethique, Paix & Transparence".

En Bretagne, c'est un certain Christophe Daviet qui conduit les listes "Un nôtre monde", faisant ainsi grimper à 13 le nombre d'étiquettes déposées dans cette région pour le scrutin du 20 juin.

Grosso modo, "Un nôtre monde" mise beaucoup sur le manque supposé de démocratie qui minerait les citoyens français. D'où l'idée de puiser essentiellement - du moins le revendiquent-ils - dans la "société civile" pour constituer leurs listes. Les candidats disent prôner une méthodologie de démocratie participative opérationnelle "pour la gestion des affaires courantes une fois élus."

Difficile de trouver des éléments concrets au sujet de cette "DPO", au-delà de l'objectif consistant à "débattre de solutions au lieu de problèmes, car c’est beaucoup plus constructif, passionnant et efficace".

"Redonner du sens à notre démocratie"

Dans les Pays de la Loire, la tête de liste "Un nôtre monde" s'appelle Linda Rigaudeau. Âgée de 41 ans, cette naturopathe et iridologue n'en est pas à son tout premier contact avec la politique locale: elle a fait partie du comité de soutien à Julie Laernoes, candidate investie par Europe Écologie-Les Verts pour les municipales de 2020 à Nantes. Ses listes départementales sont détaillées par Ouest-France, auprès de qui elle a affirmé ne défendre "aucune étiquette".

"D’ailleurs, nous solliciterons auprès de la préfecture une étiquette 'divers inclassables', sans aucun clivage", déclare celle qui tient un cabinet proposant un service de médecine holistique et alternative.

Contactée par BFMTV.com, elle dit regretter les "amalgames" et les "jugements" dont ses listes auraient fait l'objet. "C'est triste, je ne suis pas préparée à ça, je ne cherche pas ça. C'est dommage", nous confie-t-elle. Relancée au sujet du contenu de son offre, Linda Rigaudeau assure en amont qu'"Un nôtre monde" n'est pas un collectif téléguidé par Louis Fouché ou Reinfo Covid. Reste qu'au niveau programmatique, les visées sont d'ordre assez général.

"Chaque personne du collectif 'Un Nôtre Monde' est libre évidemment d'être dans d'autres collectifs citoyens. L'intention (...) est de redonner du sens à notre démocratie (...) Les bureaux de votes se vident, la majorité des citoyens a complètement perdu confiance en ce système politique et se désinvestit. Pourtant, ce système politique, c'est le notre", s'alarme-t-elle.

Et d'ajouter: "il est urgent que les citoyens se sentent à nouveau concernés". Reste à voir par quoi.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV