BFMTV

Primaire PS à Marseille: Ghali et Mennucci, à couteaux tirés

Le premier débat enre Patrick Mennucci et Samia Ghali a tourné à l'affrontement mercredi. La primaire doit être décidée dimanche.

Le premier débat enre Patrick Mennucci et Samia Ghali a tourné à l'affrontement mercredi. La primaire doit être décidée dimanche. - -

La primaire socialiste se transforme en face à face tendu à Marseille. Samia Ghali et Patrick Mennucci se sont affrontés lors d'un débat houleux mercredi. La sénatrice dénonce son rival comme le "candidat de Paris", alors que le député engrange les soutiens.

Samia Ghali ne se laissera pas faire. La sénatrice, qui n'a jamais eu la langue dans sa poche, a décidé d'aller à l'affrontement pour remporter la primaire socialiste dimanche prochain.

Fidèle a sa ligne "rentre-dedans", elle a invectivé son rival, le député des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci, et refusé de poser avec lui pour une photo à l'issue de leur débat sur France Bleu Provence ce mercredi matin.

"Tu es le candidat de Paris, de Matignon" a lancé l'enfant des quartiers Nord au tenor marseillais. Et de dénoncer les "petits arragements entre amis" de Patrick Mennucci, tout comme son "beau programme en papier fait par des technocrates".

Mennucci collectionne les soutiens

Patrick Mennucci a lui préféré jouer l'apaisement. "Je ne ferai pas un affrontement avec Samia Ghali, comme on peut le faire avec l'UMP ou le Front national. (...) Dans la primaire il faut se respecter", a réagi le maire du premier secteur.

Ce vieux briscard de la politique marseillaise a toutes les raisons d'afficher sa sérénité. Il engrange les ralliements de la plupart des autres candidats à la primaire dans la cité phocéenne.

Même son ancien rival, le président de la communauté urbaine Eugène Caselli, l'a officiellement rejoint mercredi lors d'une conférence de presse commune organisée dans le quartier du Panier. Patrick Mennucci bénéficie également du soutien de la ministre Marie-Arlette Carlotti et de Henri Jibrayel, tombés au premier tour.

Tous contre Ghali ?

Sur le papier, Patrick Mennucci réunirait donc plus de 58% des voix grâce à ses soutiens. Christophe Masse, le vice-président du conseil général qui pesait lui plus de 14% au premier tour, a refusé de se prononcer en faveur de l'un ou de l'autre candidat.

Il reste quatre jours à Samia Ghali pour renverser la vapeur de ce scénario qui ressemble fort à un "tous contre Ghali". La sénatrice n'a pas finit de pester contre Matignon, qu'elle croit à l'origine des consignes de ralliement.

Prochain débat entre les deux candidats jeudi, à la télévision marseillaise. La sénatrice devrait continuer à forger son image de candidate anti-système, se réclamant du soutien des Marseillais.

"Depuis le début de la campagne, je suis seule, cela ne m'a pas empêchée d'arriver en tête", a martelé Samia Ghali. Jusqu'à dimanche, la sénatrice se battra.

Romain Fonsegrives avec AFP