BFMTV

EELV retire son soutien à Clothilde Ollier, sa candidate à Montpellier

Clothilde Ollier.

Clothilde Ollier. - Facebook

À Montpellier, les écologistes ont choisi d'écarter leur candidate Clothilde Ollier pour les municipales, considérant que "la confiance était rompue". Cette dernière s'était rapprochée d'autres formations politiques, notamment du mouvement Confluence.

Les écologistes d'EELV retirent leur soutien à Clothilde Ollier, leur candidate investie à Montpellier, a indiqué dimanche à l'AFP le secrétaire national Julien Bayou, confirmant une information de Midi Libre.

"La tête de liste avait tourné le dos à tous les engagements vis-à-vis du collectif, y compris sur des propositions écologistes phare", a justifié Julien Bayou, évoquant la "confiance rompue" entre Clothilde Ollier et son parti.

Une "confiance rompue"

Clothilde Ollier est, selon les sondages, bien placée pour remporter la métropole languedocienne aux municipales de mars. D'après Midi Libre, la candidate s'est éloignée des Verts montpelliérains en raison de son rapprochement avec "le mouvement Confluence composé de nombreux Insoumis".

"Nous avons mené une mission de médiation et elle a à nouveau refusé les quelques propositions qui pouvaient retisser la confiance", a rapporté Julien Bayou, selon qui une assemblée locale des écologistes locaux doit avoir lieu le 3 février "pour destituer" la candidate. Dès lors, promet-il, "quoiqu'il en soit nous aurons une liste écologiste à Montpellier".

Et de laisser la porte entrouverte: "Clothilde Ollier peut toujours revenir, mais il faut qu'elle accepte que porter les couleurs écologistes implique d'en porter les propositions". Mais aux yeux de Julien Bayou, "une ambition individuelle ne peut s'affranchir du collectif. Et encore moins aujourd'hui qu'hier, nous ne pouvons soutenir des candidat-es qui nous décrédibiliseraient. Cela veut aussi dire aux électeurs qu'on ne veut pas gagner des élections à n'importe quel prix. C'est un message essentiel sur l'éthique et le respect du collectif."

Jeanne Bulant avec AFP