BFMTV

Controverse entre Eric Besson et le cirque Romanès

BFMTV
PARIS (Reuters) - La controverse enfle entre le ministre de l'Immigration, Eric Besson, et le cirque tzigane Romanès, qui s'estime menacé par les...

PARIS (Reuters) - La controverse enfle entre le ministre de l'Immigration, Eric Besson, et le cirque tzigane Romanès, qui s'estime menacé par les mesures prises par le gouvernement français sur les Roms.

Les permis de travail de deux musiciens roumains ont été annulés par les autorités et Alexandre Romanès, responsable de la troupe éponyme, s'inquiète pour le reste de ses artistes dont certains sont Bulgares ou Roumains.

Alexandre Romanès y voit "un lien avec la décision de Nicolas Sarkozy de prendre des mesures sur les gens du voyage", mais le ministre de l'Immigration, Eric Besson, affirme que le permis de travail a été retiré en raison "d'infractions graves et multiples au droit du travail".

"Nous sommes tous menacés, ils veulent nous mettre dans l'avion", a déclaré lundi à Reuters le responsable de la troupe, qui a représenté la France à l'exposition universelle de Shanghai en juin.

Alexandre Romanès explique avoir appris à son retour de Chine, au début de l'été, que les permis de séjour initialement délivrés à ses musiciens roumains étaient annulés.

Selon une porte-parole du cirque, l'Inspection du travail a justifié son revirement par le fait que le salaire minimum n'était pas respecté.

"C'est faux, la législation du travail est strictement respectée, mais ils sont payés au cachet", a-t-elle dit, insistant sur le fait que le spectacle aurait beaucoup de mal à exister sans les musiciens roumains.

"DES POUX DANS LA TÊTE"

L'Inspection du travail a toutefois mis en avant une autre infraction à la législation française: la participation des enfants de la troupe au spectacle.

"On vient nous chercher des poux dans la tête, jusqu'à présent c'était toléré", rétorque Alexandre Romanès.

Dans un communiqué publié lundi soir, Eric Besson a affirmé que c'est bien sur la base de ces éléments que l'autorisation de travail avait été retirée.

"De multiples infractions au Code du travail ont été relevées, notamment aux règles relatives à l'emploi d'enfants dans le spectacle, aux dispositions concernant le travail dissimulé, et aux sanctions qui s'appliquent en cas d'obstacles aux fonctions d'agents de l'Inspection du travail, d'outrage, et de violence", a-t-il dit, ajoutant qu'un inspecteur du travail avait été agressé.

Interrogé par Nouvelobs.com, Christophe Girard, adjoint au maire de Paris, a annoncé qu'il allait envoyer une lettre au directeur général du travail pour lui demander "son aide, son humanité, son indulgence".

Une soirée de soutien au cirque, qui tentera de reprendre ses spectacles le 6 novembre, était organisée lundi soir à Paris.

Le cirque Romanès, créé il y a 17 ans, parcourt l'Europe pendant toute l'année et s'installe généralement l'hiver dans la capitale française.

Le gouvernement français a suscité une réprobation internationale en décidant au coeur de l'été de démanteler 300 camps occupés illégalement, selon lui, par des gens du voyage et des Roms, et en expulsant un millier de personnes par avion.

Gérard Bon et Clément Guillou, édité par Patrick Vignal et Jean-Loup Fiévet