BFMTV

Christiane Taubira menace Manuel Valls: "Je peux devenir méchante"

-

- - AFP

Critiquée par Manuel Valls, Christiane Taubira n'entend pas se laisser marcher sur les pieds. Dans une réponse cinglante, elle attaque le Premier ministre mais aussi son remplaçant place Vendôme.

On ne critique pas impunément Christiane Taubira. L'ancienne Garde des Sceaux, partie avec fracas du gouvernement de Manuel Valls pour des divergences de vue en matière de politique pénale, n'a pas vraiment apprécié les piques que lui a lancé Manuel Valls cet été. Et a tenu à mettre les points sur les "i" selon Le Canard Enchaîné.

Une petite phrase qui ne passe pas

Si Christiane Taubira sort de ses gonds, c'est à cause d'une phrase prononcée par Manuel Valls lors de la visite de la prison de Nîmes. Le Premier ministre, alors interrogé sur le problème de la surpopulation carcérale, qui atteint des niveaux dramatiques en France, avait déclaré: 

"Face à cette situation, le gouvernement agit et il agit tout particulièrement depuis que Jean-Jacques Urvoas est garde des Sceaux".

Un taquet directement adressé à son ancienne Ministre de la Justice, dont le laxisme supposé avait fait les choux gras de la droite, mais aussi du clan Valls, pendant toute la durée de son passage au ministère. Une attaque que Christiane Taubira n'entend pas laisser passer. L'ancienne ministre menace même d'intervenir dans la campagne présidentielle. 

"Il ne faut pas me chercher"

Contrairement à ce que semble affirmer Manuel Valls, Christiane Taubira assure qu'elle avait bien prévu un plan massif de construction de places de prison mais que ce dernier a été ralenti... par Matignon. 9.700 places de prison étaient ainsi budgétisées avant que Manuel Valls n'intervienne pour ralentir le mouvement et les coûts. 

"J'ai été archicorrecte. Mais il ne faut pas me chercher. Et quand Valls et Urvoas proposent un plan pour les prisons à la rentrée, j'ai bien envie de leur renvoyer leurs contradictions à la figure" menace Christiane Taubira.

Visiblement très remontée, l'ancienne candidate à la présidence de la République prévient ses anciens collègues qu'il ne faut pas "jouer à (lui) faire la guerre". 

"Il y a eu en faveur de ma politique une dynamique collective, je ne vais pas laisser piétiner tout ça! Je peux devenir méchante" avertit l'ancienne ministre. Et d'ajouter: "Je vais m'engager dans la campagne, mais comment, je ne le sais pas encore. Je suis très sollicitée par des milieux divers".

P.A.