BFMTV

Chatel : «Vanneste a commis une double faute»

Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, ministre de l'Education nationale, invité de Bourdin Direct ce vendredi

Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, ministre de l'Education nationale, invité de Bourdin Direct ce vendredi - -

Invité de Bourdin Direct sur RMC ce vendredi, le porte-parole du gouvernement et ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, estime que le député UMP du Nord, Christian Vanneste, en prônant une alliance avec le FN en vue des présidentielles 2012, «a commis une double faute».

Invité de Bourdin Direct sur RMC et BFM TV ce vendredi, le porte-parole du gouvernement et ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, évoque la proposition du député UMP du Nord, Christian Vanneste, de faire alliance avec le Front National en vue des présidentielles 2012.
Le député a récemment fait état de cette proposition, déclenchant un tollé au sein de la majorité. La secrétaire d'Etat aux Sports, Rama Yade, s'est notamment prononcée pour son exclusion de l'UMP : « Christian Vanneste a fait son ’’coming out’’ en prônant l'idée d'une alliance honteuse et contre nature entre le centre, l'UMP et le Front national », a-t-elle écrit sur son blog. « Son positionnement, sans ambiguïté, est inacceptable et l'UMP ne peut tolérer de compter dans ses rangs un homme qui ne partage pas ses valeurs. Elle doit donc engager sans tarder à son encontre une procédure d'exclusion qui lui permettra de rejoindre ses amis d'extrême droite », a-t-elle conclu.

« Ça rangerait définitivement la droite et le centre dans l’opposition »

La position de Luc Chatel est sensiblement la même. Sans se positionner sur l’exclusion du député, le porte-parole du gouvernement juge que celui-ci a « commis une double faute » et s’en explique sur RMC : « Le bureau politique en décidera. C’est l’instance compétente en la matière. Christian Vanneste a commis à mon sens une double faute. Imaginer une alliance avec Jean-Marie Le Pen ou Marine Le Pen, avec le Front National, c’est d’abord une faute morale, parce que nous ne partageons pas les mêmes valeurs. Et puis je pense que c’est aussi une faute politique. Ça rangerait définitivement la droite et le centre dans l’opposition. On ne serait pas en nature de rassembler une majorité de Français. C’est d’ailleurs l’inverse de ce que nous avons cherché à faire depuis plusieurs années, et de ce qu’a fait Nicolas Sarkozy. Je rappelle quand même que Nicolas Sarkozy est celui qui a le plus fait baisser le Front National dans notre pays. »

D'après un sondage Ifop publié ce jeudi par Le Nouvel Observateur, 32% des sympathisants UMP se déclarent favorables à une alliance avec le FN lors de scrutins locaux. La proportion monte à 37% parmi ceux qui habitent dans des régions où le FN fait des scores importants. Ils sont, en outre, 62% de sympathisants FN à se dire prêts à une telle alliance. Quant à Jean-Marie Le Pen, il a réagi à cette proposition en décrivant Vanneste comme un « député qui a peur pour son siège et qui pousse à la droitisation de l'UMP ». « Vanneste fait n'importe quoi, tout ça parce qu'il tremble devant la montée du Front national », a-t-il ajouté.

Pour retrouver l'intégralité du podcast de l'interview de Luc Chatel dans Bourdin Direct, cliquez ici.

La Rédaction