BFMTV

Cahuzac, Moscovici, Valls et Taubira convoqués par la commission d'enquête parlementaire

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac.

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac. - -

La Commission d'enquête parlementaire sur l'action du gouvernement durant l'affaire Cahuzac entendra, à une date encore non fixée, Pierre Moscovici, Manuel Valls et Christiane Taubira. L'ex-ministre du Budget sera également entendu par la Commission.

L'ex-ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac sera entendu, à une date non encore fixée, par la commission d'enquête parlementaire sur l'action du gouvernement durant cette affaire, a indiqué mercredi le rapporteur PS de cette commission, Alain Claeys. Le ministre de l’Economie Pierre Moscovici, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls et la Garde des Sceaux Christiane Taubira vont également être entendus par la Commission. Toute personne convoquée par une commission d'enquête parlementaire est tenue de se rendre à cette convocation.
Edwy Plenel, patron et fondateur du site d'information Mediapart à l'origine des révélations sur l'affaire, mais aussi le directeur central du renseignement intérieur Patrick Calvar figurent aussi sur cette liste.

Que savaient les ministres de l'Intérieur et de la Justice ?

Demandée par les centristes de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) de Jean-Louis Borloo, cette commission d’enquête parlementaire vise à déterminer « d'éventuels dysfonctionnements » dans la gestion par le gouvernement de l’affaire du compte à l’étranger détenu par l’ancien ministre du Budget. Parmi les questions à étudier : les demandes du ministre de l'Economie Pierre Moscovici, ce que savait le ministre de l'Intérieur ou celui de la Justice, le rôle éventuel de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI)...
Précisemment, les trente députés membres de la commission examineront le « fonctionnement de l'action du gouvernement et des services de l'Etat entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013 », date des aveux publics de Jérôme Cahuzac après des mois de dénégations. L'ex-ministre a affirmé le 16 avril sur RMC et BFMTV avoir « menti » à François Hollande et Jean-Marc Ayrault, alors que le site d'informations Mediapart avait fait état de son compte suisse le 4 décembre dernier.

Philippe Gril avec AFP