BFMTV

Benjamin Griveaux chargé d'une mission sur l'alimentation des jeunes

Benjamin Griveaux sur les bancs de l'Assemblée nationale, le 16 juin 2020

Benjamin Griveaux sur les bancs de l'Assemblée nationale, le 16 juin 2020 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

L'ancien porte-parole du gouvernement continue son retour discret en politique, six mois après la divulgation des vidéos intimes qui lui ont coûté sa place dans la course à la mairie de Paris.

L'ex-candidat aux municipales de Paris, Benjamin Griveaux, a été chargé par le Premier ministre d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes, selon le Journal officiel publié mardi.

"M. Benjamin Griveaux, député, est (...) chargé d'une mission temporaire ayant pour objet les moyens d'assurer aux jeunes une meilleure alimentation accessible à tous", indique le décret signé par Jean Castex.

Cette mission doit s'attaquer à "la question de l'égalité des chances, qui passe aussi par l'assiette", et concernera, entre autres, les enfants "issus des milieux populaires ou défavorisés", a souligné une source parlementaire.

Un retour discret

En juin, l'ancien candidat à la mairie de Paris, contraint à la démission après la publication de vidéos intimes à caractère sexuel, avait été chargé d'une mission sur l'industrie de défense française.
A l'issue d'une "mission flash", les députés Benjamin Griveaux (LREM) et Jean-Louis Thiériot (LR) ont estimé, fin juillet dans leur rapport, qu'"un effort de relance (était) indispensable pour parer (le) risque" de perte d'autonomie stratégique qui résulterait d'un affaiblissement du secteur. Les deux députés proposaient notamment d'agir sur la commande militaire, en accélérant ou intensifiant les programmes d'armements prévus par la loi de programmation militaire (LPM).

Benjamin Griveaux a par ailleurs recommencé à s'exprimer publiquement via les réseaux sociaux, à l'issue de cette première mission pour en commenter les conclusions ainsi que pour saluer l'adoption à l'Assemblée du projet de loi bioéthique prévoyant l'ouverture de la PMA à toutes les femmes.

A.K avec AFP avec AFP