BFMTV

Assemblée nationale: le ton monte à la commission des Lois entre sa présidente et un député

Une dispute a éclaté ce mercredi soir à la commission des Lois de l'Assemblée nationale entre la présidente Yaël Braun-Pivet et Robin Reda à qui il était reproché d'avoir fait fuiter dans les médias le rapport. "Merci pour ces rappels au règlement quasi maternels... Je disais ça car vous pourriez être ma mère", a alors lancé Robin Reda à la présidente.

Ce mercredi soir, la commission des Lois de l'Assemblée nationale se penchait sur le rapport d'information sur l'application d'une amende forfaitaire au délit d'usage illicite de stupéfiants piloté par les députés Robin Reda (Les Républicains) et Eric Poulliat (La République en marche). Yaël Braun-Pivet, la présidente de la commission des Lois en avait cependant gros au moment de leur accorder la parole, et son véhément discours d'introduction a donné lieu à une altercation, captée par LCP. 

La colère de la présidente de la commission des lois 

La responsable a commencé par expliquer qu'il lui revenait de "rappeler des règles dont les auteurs du rapport ont cru devoir s'absoudre". Elle s'est ainsi émue de sorties médiatiques dès le mois dernier et surtout de ce qu'elle a appelé la "communication récente du rapport dans les médias" avant même d'être transmis aux membres de la commission. Chose qu'elle a jugée "plus que désagréable, déloyale" et "discourtoise" à l'égard de leurs collègues. 

Au chapitre de la loyauté toujours, elle a enchaîné très sèchement: "J'ai pu lire que le rapport avait été commandé par Edouard Philippe, ou allait être remis au président de la République. Non, vous avez effectué l'ensemble de vos travaux pour le compte de l'Assemblée nationale". 

"Je suis un peu énervée car j'ai eu un sms d'un média tout à l'heure qui me demandait de suspendre la commission des Lois pour que l'un des deux rapporteurs puissent aller en plateau. Je trouve ça particulièrement scandaleux", a alors conclu Yaël Braun-Pivet en donnant la parole à Robin Reda, l'un des deux députés visés par ses propos et élu dans l'Essonne. 

"J'adore vos réflexions fort misogynes"

Les choses auraient pu en rester là mais c'était sans compter sur un Robin Reda qui, vexé, a décidé de ne pas faire profil bas. "Merci pour ces rappels au règlement quasi maternels..." a-t-il débuté avant d'être aussitôt coupé par une présidente de la commission des Lois très en colère: "J'adore vos réflexions fort misogynes". "Non, je disais ça car vous pourriez être ma mère", a cru bon de répliquer Robin Reda, qui s'est ensuite plaint de la date "tardive" de l'examen de ses travaux. 

"Une date avait été fixée en décembre mais elle a été repoussée sur votre demande!" s'est exclamée en retour Yaël Braun-Pivet. Le parlementaire a, cette fois-ci, préféré en revenir au texte écrit avec Eric Poulliat. 

Jeudi, le député a fini par présenter ses excuses à Yaël Braun-Pivet sur Twitter.

"Une femme de pouvoir n’est pas forcément une figure maternelle"

Sur Twitter, dans la soirée, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, est montée au créneau sur Twitter: "Une femme de pouvoir n’est pas forcément une figure maternelle. En l'espèce, c’est une Présidente de Commission des lois de l’Assemblée Nationale", a-t-elle notamment écrit. 

Robin Verner