BFMTV

Aides aux PME : «Simplifier, c'est compliqué», dit Fleur Pellerin sur RMC et BFMTV

Fleur Pellerin, ministre chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique.

Fleur Pellerin, ministre chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique. - -

Jean-Jacques Bourdin recevait Fleur Pellerin ce vendredi à 8h35, sur RMC et BFMTV. Ministre en charge des PME et de l’Économie numérique, elle a défendu la « Marque France » contre les géants d’Internet et a évoqué la protection des données personnelles sur les réseaux sociaux.

Fleur Pellerin, invitée de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi à 8h35, sur RMC et BFMTV, a défendu le plan d'investissement du gouvernement plutôt que l'austérité, et la "Marque France". La ministre chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique a également annoncé les mesures prises afin d'aider le financement des PME et a évoqué sa réflexion sur la protection des données personnelles appliquée aux réseaux sociaux.

Sur la protection des données personnelles sur les réseaux sociaux

Jeudi, l’Association UFC-Que Choisir a laissé 21 jours à Google+, Twitter et Facebook pour adapter leurs règles sur l’utilisation des données personnelles au droit français. Si rien n’est fait, l’association pourrait aller en justice.

8h57 - Fleur Pellerin : « Il ne faut pas diaboliser les entreprises du numérique. Mais il est inacceptable que certains imaginent échapper à leur contribution à l’impôt ».

8h55 - Fleur Pellerin : « Les Français adorent les réseaux sociaux mais se méfient à 70%, c’est une ambiguité intéressante. On travaille beaucoup, avec la Cnil, sur la façon de rendre plus transparente la manière dont seront utilisées ces données personnelles. Ce qui est important, c'est de savoir ce qui va être fait des données personnelles».

8h52 - Fleur Pellerin : « La Commission européenne a demandé des informations au gouvernement américain. On veut faire prendre conscience à chacun de l’utilisation de ses données sur internet ».

Sur la "Marque France"

La chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique lance ce vendredi matin la Marque France.

8h51 - Fleur Pellerin : « Je vais la présenter aujourd'hui. L'idée est de regarder les autres pays, qui font du "national branding", du marketing sur leur pays. On n'arrive pas à mettre en avant ce qui fait la singularité de notre pays, alors on va mieux valoriser l'image de la France à l'international. Il y aura des mesures sur la façon dont on s'approprie notre histoire. Faire valoir la 'French touch' » .

Sur les PME

107 niches fiscales créées entre 2002 et 2010 ! Et il y a 750 aides différentes pour réduire les cotisations, on s'y perd!

8h48 - Fleur Pellerin : « En réalité il y a des milliers de dispositifs, c'est extrêmement compliqué de s'y retrouver. Nous réfléchissons à des mesures de simplification. Mais simplifier, c'est compliqué. Il y a un problème de financement des PME aujourd'hui. Nous avons créé depuis un an un compartiment boursier réservé aux PME, nous voulons aider leur trésorerie. Nous avons mis 500 millions d'euros gérés par la banque publique d'investissement. Il y a aussi 100 demandes par jour pour accéder au pré financement du crédit impôt de compétitivité emploi. On développe aussi des mesures pour les aides à innover, car nos PME n'investissent pas assez ».

A propos de la taxe sur les smartphones annoncée par Aurélie Filippetti

Aurélie Filippetti parle de "contribution indolore" ?

8h46 - Fleur Pellerin : « Pour l'instant, rien n'est arbitré. François Hollande a dit qu'on n'augmenterait pas la pression fiscale sur les opérateurs Télécom, parce que c'est un secteur fortement mis à contribution. Sur le sujet du financement de l'audiovisuel, il faut avoir une vision d'ensemble. Il y a déjà un certain nombre de dispositifs, il faut avoir un système plus cohérent et plus lisible, qui fasse en sorte de répartir l'effort sur l'ensemble de la chaîne » .

Sur l'avertissement de la Cour des comptes concernant le déficit de la France

Y -a-t-il trop de fonctionnaires en France ?

8h42 - Fleur Pellerin : « Je ne sais pas, poser la question comme ça n'a pas de sens. On ne peut pas à la fois vouloir un service public de qualité et faire haro sur les fonctionnaires ».

Sur la baisse des prestations sociales : est-ce inévitable ?

8h40 - Fleur Pellerin : « Ce qui est inévitable c'est de réduire les dépenses » .

Selon le rapport annuel de la Cour des comptes, il faudra dégager des économies de 13 milliards en 2014 et 15 milliards en 2015 avec des mesures drastiques. Jean-Marc Ayrault a confirmé l'information jeudi.

8h40 - Fleur Pellerin : « On était endetté à hauteur de 900 milliards en 2002, et de 1800 milliards en 2012. On était dans une trajectoire d'augmentation permanent des dépenses et de baisse des recettes. Il y a eu dix ans de mauvaise gestion. Nous faisons un effort sans précédent. Cette année, nous allons stabiliser la dépense et l'année prochaine, elle diminuera pour la première fois en 15 ans mais je ne parlerai pas de politique d'austérité car nous ne remettons pas en cause les dépenses d'avenir. Le Premier ministre va annoncer le 9 juillet prochain un plan d'investissement. Le président s'est engagé pour que tout le territoire soit couvert par le très haut débit en dix ans, c'est un investissement de 20 milliards».

8h36 - Fleur Pellerin : « Je suis aussi magistrat de la Cour des comptes. Elle a raison de faire des recommandations. Il est possible qu'au second semestre nous ayons un retour modéré de la croissance. Si ce n'est pas le cas, il faudra revoir notre hypothèse. L'important, c'est la trajectoire ».

Revivez aussi l'émission Bourdin & Co de ce vendredi.

Claire Béziau, avec Jean-Jacques Bourdin