BFMTV

Accusation de viol contre Gérald Darmanin: la justice ordonne la reprise des investigations

-

- - THOMAS SAMSON / AFP

La cour d'appel de Paris a ordonné mardi la reprise des investigations concernant une accusation de viol en 2009 visant le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin.

La cour d'appel de Paris a ordonné mardi la reprise des investigations concernant les accusations de viol à l'encontre de Gérald Darmanin, annonce à BFMTV Me Elodie Tuaillon-Hibon, avocate de la plaignante, confirmant une information de l'AFP. Le parquet a désormais cinq jours pour faire appel. Il n'y a donc pas encore, à ce stade, de juge d'instruction désigné. 

"L'arrêt de la Cour d'appel de Paris (...) n'est lié qu'à une question de recevabilité de pure forme", ont réagi dans un communiqué Mes Pierre-Olivier Sur et Mathias Chichportich, avocats du ministre, annonçant par ailleurs que Gérald Darmanin avait déposé plainte pour "dénonciation calomnieuse".

Nouvel examen du non-lieu

A la suite d'une erreur de procédure, la Cour de cassation avait annoncé en novembre que le non-lieu dont le ministre de l'Action et des Comptes publics avait bénéficié allait être réexaminé. 

Gérald Darmanin est accusé par Sophie Patterson-Spatz de l'avoir violée en 2009. À l'époque, elle s'était adressée à l'élu, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP, pour tenter de faire annuler une condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants contre un ex-compagnon. Selon elle, Gérald Darmanin lui aurait fait miroiter son appui auprès de la Chancellerie, en échange de faveurs sexuelles.

Une deuxième plainte classée sans suite

Une deuxième accusatrice, une habitante de Tourcoing (Nord), ville dont le ministre fut maire de 2014 à 2017, avait porté plainte pour "abus de faiblesse", affirmant que l'élu lui avait demandé des faveurs sexuelles en échange d'un logement. Cette procédure a également été classée sans suite par le parquet de Paris au printemps 2018.

La décision de la Cour d'appel de Paris ne tombe pas au meilleur des moments pour le ministre de l'Action et des Comptes publics. Après sa réélection triomphale à la mairie de Tourcoing le 15 mars, Gérald Darmanin n'avait pas caché ses ambitions politiques nationales, déclarant dans les colonnes du JDD vouloir "peser davantage sur [les] choix, défendre [ses] convictions". Reste à savoir si ce nouveau rebondissement judiciaire obérera ou non ses chances de promotion, que cela soit à Matignon ou dans un autre ministère. 

E.P avec AFP