BFMTV

Une femme enceinte blessée par balle en pleine rue à Trappes

Une femme enceinte a été blessée par une balle, ce mardi, en pleine rue à Trappes. (Photo d'illustration)

Une femme enceinte a été blessée par une balle, ce mardi, en pleine rue à Trappes. (Photo d'illustration) - Fred Dufour - AFP

Une femme d'une quarantaine d'années, enceinte, a été blessée par balle, mardi après-midi à Trappes, en pleine rue. Aucune piste n'est pour l'instant privilégiée par les enquêteurs. Il pourrait s'agir d'une balle perdue dans un contexte de rivalité entre bandes.

C'est une violence, survenue de nulle part. Une femme enceinte a été blessée par balle à l'épaule, ce mardi, alors qu'elle se trouvait en pleine rue à Trappes, dans les Yvelines, banlieue populaire de Paris minée par une guerre de territoires.

Vers 17 heures, cette femme de 39 ans inconnue des services de police, a été blessée à l'épaule par une balle "de petit calibre", ont indiqué à l'Agence France-Presse (AFP) des sources judiciaire et proche de l'enquête. Le Parisien rapporte qu'elle s'est effondrée sous les yeux de sa fille. Selon un proche cité par le journal, "elle avait un trou dans le t-shirt et commençait à saigner".

"Ses jours ne sont pas en danger"

La victime a été hospitalisée à Trappes. Blessée à l'omoplate, elle a été prise en charge par les pompiers. "Ses jours ne sont pas en danger. Elle était à terme, donc elle est en train de donner naissance au bébé. Nous n'avons pas d'inquiétude non plus" pour le nourrisson, a indiqué une source judiciaire en début de soirée.

Selon de premiers éléments communiqués par cette source, la victime a été touchée "dans la rue" à hauteur du square Paul-Verlaine. Il semble qu'elle regagnait son domicile après avoir quitté son parking, selon Le Parisien. Elle aurait été atteinte par une balle de petit calibre.

Balle perdue, différend privé, règlement de comptes?

Quant au motif de cette agression, aucune piste n'est pour l'instant privilégiée. "Il peut s’agir d’un différend d’ordre privé, d’une balle perdue ou d’un règlement de comptes, comme le fait d’un déséquilibré", explique une source enquêtrice citée par Le Parisien. Le compagnon de la victime est actuellement incarcéré à la prison de Bois-d'Arcy.

L'affaire n'a à ce stade "aucun lien" avec la mort au début du mois d'un adolescent de 14 ans au cours d'une fusillade dans un square voisin, selon la source judiciaire et une source proche de l'enquête. "On ne fait pas de lien. Le mode opératoire et l'arme n'ont rien à voir", a insisté la source judiciaire. La police judiciaire de Versailles est chargée des investigations.

Quelques semaines après la mort du jeune Moussa

Le 1er mai, Moussa, un adolescent de 14 ans inconnu de la police, avait été tué à l'arme automatique par un tireur "masqué" surgi d'une Clio noire volée, et l'un de ses amis blessés. Les suspects, au moins deux, n'ont à ce jour pas été retrouvés. Règlement de comptes ou victime collatérale, les enquêteurs privilégient en tout cas l'hypothèse d'une vengeance nourrie par "des rivalités de quartiers, Léo-Lagrange et Albert-Camus", avait indiqué le parquet de Versailles.

De nombreux heurts et rixes avaient déjà éclaté depuis début avril dans cette ville de 30.000 habitants.

Jé. M. et D. N. avec AFP