BFMTV

Un instituteur violemment agressé devant ses élèves de CE2 à Argenteuil

Un professeur des écoles a été roué de coups devant ses élèves de CE2 par deux jeunes hommes lundi à Argenteuil, dans le Val-d'Oise. Un déchaînement de violences largement condamné.

Il a été frappé devant ses élèves de CE2. Un instituteur de l'école élémentaire Paul Langevin d'Argenteuil, dans le Val-d'Oise, a été violemment agressé lundi alors qu'il rentrait d'un cours d'éducation physique avec sa classe.

"Tu lui parles pas comme ça, raciste"

La scène s'est déroulée en fin de matinée. Le professeur, âgé de 50 ans, reprend une enfant qui se tenait mal et disait des gros mots. Deux jeunes hommes, qui étaient en voiture à proximité, sortent de leur véhicule et lui crient: "Tu lui parles pas comme ça, raciste." L'enseignant leur répond alors: "Mais je suis leur maître."

L'un des deux individus s'approche ensuite de l'instituteur et lui rétorque: "Et moi, je suis une racaille." L'enseignant essaie de les repousser mais ses assaillants le font chuter. Les coups pleuvent. 

Le visage tuméfié, l'instituteur a été emmené à l'hôpital puis a porté plainte. Mais il a promis qu'il reprendrait les cours dès ce mardi. Selon Françoise Houttemane, secrétaire générale du syndicat Snuipp 95 interrogée par Le Parisien, "notre collègue est extrêmement choqué, l'école est bouleversée." Les agresseurs n'ont pas encore été retrouvés, les enquêteurs cherchent à savoir s'ils ont un lien de parenté avec la fillette qui a été réprimandée.

Une "agression lâche"

Cette agression a suscité de nombreuses réactions d'indignation, dont celle de Georges Mothron, le maire d'Argenteuil, qui a dénoncé sur Twitter une "agression lâche" et a souhaité que les auteurs soient arrêtés et punis.

Philippe Metezeau, le vice-président du conseil général du Val-d'Oise a quant à lui exprimé sa "totale solidarité avec l'enseignant lâchement agressé alors qu'il remplissait sa mission".

"Cette montée de violences commence à faire beaucoup"

Le même jour, la proviseure du lycée professionnel Hélène-Boucher, à Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis, a été agressée après être intervenue auprès d'individus qui venaient de jeter un cocktail Molotov dans l'enceinte de l'établissement. C'est la troisième fois en dix jours que ce lycée est le théâtre de violences.

Des agressions que la ministre de l'Éducation nationale a condamnées ce mardi. "Cette montée de violences à l'encontre des fonctionnaires commence à faire beaucoup. Il faut condamner chacun de ces actes et déposer plainte, on les accompagne à chaque fois", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem sur RTL.

Céline Hussonnois-Alaya