BFMTV

Un détenu s’évade de la prison de Fresnes

La France compte seulement 60.000 places de prison pour 71.000 détenus

La France compte seulement 60.000 places de prison pour 71.000 détenus - ROBYN BECK / AFP

L'homme se serait blessé à la main en passant au-dessus de fils barbelés.

Un détenu s’est évadé ce dimanche après-midi de la prison de Fresnes (Val-de-Marne). Selon le Syndicat SNP-Force Ouvrière, l’homme a pu passer le dernier mur d’enceinte, malgré les tirs d'un surveillant dans un mirador qui a fait feu à trois reprises.

"Un collègue posté au mirador a fait usage de son arme pour empêcher de s’évader", a expliqué sur BFMTV Emmanuel Baudin, secrétaire général du syndicat national pénitentiaire force ouvrière (SNP-FO). "Il a réussi a escalader le mur d'enceinte", à l'aide d'un drap au bout duquel il avait accroché a précisé Emmanuel Baudin ajoutant qu'il ne semble pas avoir bénéficié d'aide extérieure et qu'il se serait blessé à la main en passant au-dessus de fils barbelés.

Des condamnations pour vols et cambriolages

Selon nos information, l'individu est connu pour vols avec violence et cambriolage et s'était déjà évadé deux fois du commissariat de Villejuif lors de gardes-à-vue ainsi que du tribunal de Créteil lors de son procès en 2016.

Ce dimanche, il se trouvait dans une cour de promenade démunie de fils de protection alors qu'il effectuait jusque-là, en raison de ses évasions, des sorties dans des cours de promenades pour individus dangereux et violents, équipées elles, de fils de protection.

Âgé de 29 ans, le détenu devait être libérable dans 8 ans et était en attente d'un nouveau procès.

L'inspection générale de la justice saisie

Selon la Chancellerie, la garde des Sceaux a diligenté une inspection de l'Inspection générale de la justice (IGJ) pour faire toute la lumière sur les conditions de cette évasion. 

En août, une enquête avait été ouverte après le survol par deux drones de la prison de Fresnes, rappelle l'AFP. Cette prison est l'une des plus grandes de France et compte environ 2.500 détenus.

Marion Dubreuil, Raphaël Maillochon, Guillaume Dussourt