BFMTV

Tuerie de Chevaline : "trois pistes possibles"

-

- - -

Le procureur d'Annecy, qui a fait ce mercredi un point sur l'enquête dans l'affaire Chevaline, a indiqué que les enquêteurs suivaient trois pistes "essentielles".

"Il y a trois pistes possibles" a indiqué le procureur d'Annecy. L'enquête sur la tuerie de Chevaline s'oriente désormais dans trois directions. Pour autant, aucune n'est privilégiée, a insisté le procureur d'Annecy, Eric Maillaud, qui a tenu un point presse ce mercredi. "Il n'y a pas de suspect, il y a des pistes" a également souligné le procureur.

La famille

"Il y a la piste de ce conflit familial entre les deux frères sur fond d'argent ou d'héritage". Sans être la piste la plus sérieuse, c'est celle sur laquelle les enquêteurs ont le plus d'éléments car il est plus facile d'obtenir des informations. Mais selon le procureur "on n'a rien qui nous permette d'avoir une conviction profonde d'une culpabilité".

La profession

Le procureur est resté plus vague sur la piste professionnelle. Saad Al-Hilli était employé par SSL, société de micro-satellites.

L'Irak

C'est de loin la piste la plus complexe, celle de l'Irak, où est né Saad Al-Hilli. "Comment travailler avec l'Irak et comment obtenir des informations fiables de ce pays", c'est là que réside toute la difficulté. Il est aujourd'hui "plus compliqué" d'avoir des informations sur l'Irak que sur la famille.