BFMTV

"Mamie Jihad", une mère d'un jihadiste condamnée à dix ans de prison

-

- - Capture BFMTV

Ce vendredi, Christine Rivière, mère de jihadiste, a été condamnée à 10 ans de prison, soit la peine maximale encourue.

Surnommée "Mamie Jihad", Christine Rivière, 51 ans, a été jugée et condamnée à 10 ans de prison ce vendredi, notamment pour avoir effectué trois séjours en Syrie aux côtés de son fils jihadiste, notamment en 2013, 2014 et 2015. 

Elle a été condamné à la peine maximale encourue, soit 10 ans de prison. Christine Rivière était poursuivie pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes terroristes devant le tribunal correctionnel de Paris.

"Pleinement adhéré à l'idéologie fanatique du groupe EI"

Cette mère de famille a, selon le ministère public, pleinement adhéré à l'idéologie fanatique du groupe Etat islamique (EI), fourni à son fils subsides et femmes, et cherché à former avec lui, jusque dans le martyr, "un couple d'immortels".

À l'audience, Christine Rivière a contesté avoir apporté un soutien à l'organisation jihadiste ou avoir elle-même combattu en Syrie, même si des photos d'elle en armes ont été retrouvées ou si elle a posté des images de décapitation sur Facebook pour, a-t-elle dit, "montrer la réalité de qui se fait là-bas".

Convertie par son fils

Convertie par son fils, elle a assuré avoir trouvé une forme d'apaisement dans l'islam, un cadre et un nouveau "point commun" avec son fils cadet, un petit qu'elle a surprotégé, car il a la maladie de Crohn.

Christine Rivière a été interpellée le 2 juillet 2014, au domicile de son aîné, Leroy, alors qu'elle s'apprêtait à repartir en Syrie après trois précédents voyages. Le cadet, Tyler, est arrêté un an plus tard en Turquie et extradé vers la France. Son dossier est toujours à l'instruction. 

S.Z avec AFP