BFMTV

L'avocat de Salah Abdeslam va porter plainte contre le procureur François Molins

L'avocat belge estime que le magistrat français a violé le secret de l'instruction en dévoilant une partie de l'audition de son client, Salah Abdeslam, face aux policiers.

Sven Mary, l'avocat du terroriste présumé Salah Abdeslam, âgé de 26 ans, a annoncé dimanche au quotidien belge Le Soir qu'il s'apprête à porter plainte contre le procureur de la République de Paris François Molins, pour violation du secret de l'instruction.

La veille, le magistrat avait tenu une conférence de presse durant laquelle il avait notamment dévoilé une partie des déclarations tenues par Salah Abdeslam devant les enquêteurs durant sa garde à vue, en Belgique.

Des exceptions au secret de l'instruction

Le suspect-clé des attentats du 13-novembre a ainsi affirmé aux policiers qu'il se trouvait bien à Paris avec les autres terroristes le soir des attaques, et qu'il devait "se faire exploser au Stade de France", mais qu'il avait finalement décidé de faire "machine arrière". "Ces premières déclarations, qu'il faut prendre avec précaution, laissent en suspens toute une série d'interrogations sur lesquelles Salah Abdeslam devra s'expliquer", avait ajouté le procureur.

Des révélations qui "constituent une violation du secret de l'instruction" pour l'avocat pénaliste, qui a donc décidé de porter plainte lundi. Toutefois, le code de procédure pénale français, qui encadre le secret de l'instruction, permet à un procureur de s'y soustraire dans certaines conditions.

"Afin d'éviter la propagation d'informations parcellaires ou inexactes ou pour mettre fin à un trouble à l'ordre public, le procureur de la République peut, d'office et à la demande de la juridiction d'instruction ou des parties, rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure ne comportant aucune appréciation sur le bien-fondé des charges retenues contre les personnes mises en cause", prévoit notamment l'article 11 du code de procédure pénale.

A. G.