BFMTV

Suicide d'un médecin à Georges-Pompidou: "Je n'ai aucun doute sur le fait qu'il était harcelé"

Rachid Zegdi témoigne aujourd'hui après le suicide de l'un de ses amis, le médecin Jean-Louis Megnien, survenu le 17 décembre dernier à l'hôpital Georges-Pompidou, là où il exerçait. Ce mercredi, le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête pour "harcèlement moral".

Pour le proche du cardiologue de 54 ans, les pressions que subissait son ami ont motivé son geste de désespoir. "Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il était harcelé, confie à BFMTV Rachid Zegdi. Il m’en a parlé cela fait déjà quelques années." Ce confident de Jean-Louis Megnien a vécu, à ses côtés, cette situation. 

"On était deux ou trois très très proche de Jean-Louis et on savait tous ce qu’il subissait, ce qu’il vivait au quotidien", raconte-t-il. Et de poursuivre, résigné: "Connaissant l’état de Jean-Louis, franchement, je m’attendais à cela mais je ne voulais pas que ce soit ça." Le cardiologue s'est jeté du septième étage de l'hôpital donnant sur une cour intérieure.

De son côté, l'AP-HP refuse toujours de réagir à cette affaire et renvoie à un communiqué datant du 23 décembre. Dans ce dernier, l'établissement public explique avoir sais sa commission d'analyse des suicides. "Il appartient à la commission d'analyser l'environnement professionnel pour déterminer s'il existe des éléments qui peuvent avoir contribué à la situation de détresse, ou de faiblesses dans la protection que doit pouvoir offrir le milieu professionnel", explique le directeur général, Martin Hirsch.

J.C.