BFMTV

Six mois de prison avec sursis pour avoir tiré sur ses compagnons de chasse

Un chasseur à Vouvray (Indre-et-Loire) le 9 décembre 2016. (Photo d'illustration)

Un chasseur à Vouvray (Indre-et-Loire) le 9 décembre 2016. (Photo d'illustration) - Guillaume Souvant - AFP

Il s'est également vu retirer son permis de chasse avec interdiction de le passer pendant cinq ans.

Un quinquagénaire a été condamné à six mois de prison avec sursis à Béziers (Hérault) pour avoir tiré par erreur sur deux compagnons de chasse, dont un avait été grièvement blessé en octobre 2020 à Vias, en pensant viser des sangliers.

Patron de la vedette de la Société nationale de sauvetage en mer (SNCM) à Sète, l'homme était poursuivi pour "blessures involontaires avec incapacité n'excédant pas trois mois lors d'une action de chasse par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence". Il s'est également vu retirer son permis de chasse avec interdiction de le passer pendant cinq ans.

Son fils de 14 ans a aussi tiré par erreur sur les deux victimes. Il est convoqué devant le délégué du procureur jeudi pour un rappel à la loi.

Il croyait viser des sangliers

Deux autres chasseurs majeurs, un plombier et un commercial, nés en 1985, avaient été blessés par le quinquagénaire à l'abdomen, aux jambes et au cou. Ils ont eux aussi été condamnés à trois ans de suspension du permis de chasse et à 200 euros d'amende ferme pour chasse non autorisée, chasse en période prohibée et non-respect des prescriptions relatives à la sécurité des chasseurs et non-chasseurs.

Alors qu'ils étaient tous partis chasser le canard à une période interdite, les membres du groupe avaient aperçu des sangliers et avaient décidé vers 22h30 de se scinder en deux pour contourner un étang.

Le père et le fils avaient ensuite tiré sur leurs compagnons de chasse de face, croyant viser des sangliers. Le pronostic vital de l'un des deux blessés avait été engagé. Il a encore 160 plombs dans le corps.

Sur la dernière saison de chasse 2019/2020, 141 accidents de chasse ont eu lieu dont 11 mortels, selon l'Office français de la biodiversité.

A.S. avec AFP