BFMTV

Seine-Saint-Denis: un adolescent de 16 ans tué par balles

Seine-Saint-Denis: un adolescent de 16 ans tué par balles dans le quartier d'Orgemont à Epinay-sur-Seine

Seine-Saint-Denis: un adolescent de 16 ans tué par balles dans le quartier d'Orgemont à Epinay-sur-Seine - FRANCOIS NASCIMBENI, AFP/Archives

Un adolescent de 16 ans a été tué par balles dans la nuit de vendredi à samedi dans le quartier d'Orgemont à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), a appris l'AFP de sources concordantes.

"Nous n'avons aucune idée du motif", précise une source proche du dossier, ajoutant que la victime n'était pas connue de la justice.

Selon le maire de la ville, Hervé Chevreau (DVD), le jeune homme, prénommé Aman, habitait le centre-ville avec sa famille et était scolarisé dans un lycée de la commune.

Il a été tué vers 3H30 samedi dans le quartier d'Orgemont, où il était allé rendre visite à son cousin, ajoute le maire. Ce quartier de 11.000 habitants, composé de plusieurs grandes tours et barres d'immeubles HLM, est proche de plusieurs villes du Val-d'Oise et des Hauts-de-Seine. Le quartier est aussi connu comme un lieu de trafic de drogue.

"J'ai entendu 4 coups de feu", raconte à l'AFP, Slimane, 66 ans, habitant de la rue de Strasbourg où l'adolescent a été abattu, sur le trottoir, en face d'un terrain de foot synthétique. "Ensuite, j'ai vu des voitures de police partout", ajoute-t-il.

"Il paraît que c'était un jeune sans histoire, il ne faisait pas de deal, il était tranquille. Les jeunes du quartier disent que le ou les responsables se sont trompés de cible", poursuit Slimane.

Une enquête a été ouverte pour "homicide en bande organisée" et confiée à la brigade criminelle de Paris, indique à l'AFP le parquet de Bobigny. Aucune interpellation n'a eu lieu pour l'heure.

Une autopsie du corps de la victime qui présentait "plusieurs blessures par balle", selon une source policière, doit avoir lieu dimanche.

Jeudi soir, dans la ville voisine de Saint-Denis, un homme de 18 ans avait déjà été tué par balles et deux autres blessés, sans que l'on connaisse le motif à ce stade.

Épinay-sur-Seine (AFP), © 2020 AFP