BFMTV

Prison de Vivonne: les détenus à l'origine de la mutinerie en garde à vue

Une émeute a éclaté lundi à la prison de Poitiers-Vivonne. Des détenus ont volé des clefs à un surveillant et mis le feu à un bâtiment. La situation est revenue sous contrôle après intervention des forces spécialisées et les détenus à l’origine de la mutinerie ont été placés en garde à vue.

La mutinerie qui a éclaté lundi à la prison de Poitiers-Vivonne, dans la Vienne, a pris fin dans dans la soirée après l'intervention des forces spécialisées et la situation est désormais "sous contrôle", indique le ministère Justice dans un communiqué. 

La mutinerie avait éclaté vers 17h30, selon les informations de BFMTV. Des détenus ont provoqué un incendie qui a rapidement pu être éteint. Plusieurs d'entre eux ont ensuite refusé de regagner leur cellule. Le procureur de la République, Michel Garrandaux, s'est rendu sur place. 

En fin d'après-midi, des détenus ont réussi à dérober un trousseau de clés à un surveillant, a détaillé Emmanuel Giraud, du syndicat FO pénitentiaire. "Deux détenus ont bousculé un surveillant et ont réussi à lui subtiliser son trousseau de clefs, ce qui leur a permis d'ouvrir toutes les cellules", a-t-il expliqué. Les détenus ont ensuite mis le feu aux coursives et à l'atrium de la prison.

Les initiateurs de la mutinerie placés en garde à vue

"Les équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS) ont été mobilisés immédiatement. Les pompiers sont arrivés rapidement sur place ainsi que la gendarmerie nationale qui a sécurisé le bâtiment. Les pompiers ont évacué les quelques détenus présents au 3e étage pour les protéger de la fumée", peut-on lire sur le communiqué du ministère de la Justice. "Les équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS) et la gendarmerie nationale sont intervenues vers 20h30, prenant le contrôle du 2e étage." 

"Les détenus à l’origine du mouvement ont été placés en garde à vue" et "les autres ont été évacués vers le gymnase", y est-il encore indiqué. Plusieurs personnes ont été hospitalisées à la suite de la mutinerie selon le directeur de cabinet de la préfecture de la Vienne, Stanislas Alfonsi. "Un peu moins d'une dizaine de personnes ont été hospitalisées. Nous avons une seule urgence à déplorer, un détenu qui a été transporté par le Samu sous escorte de l'administration pénitentiaire", a-t-il expliqué. C'est la première fois qu'une telle mutinerie se produit dans ce centre pénitencier.

Lourds dégâts 

Les 2e et 3e étages du bâtiments, touchés par l'incendie, sont devenus totalement inhabitables, et les cellules y sont désormais hors d'usage. Les détenus qui y étaient incarcérés ont été relogés en condition d'urgence dans le "quartier arrivant", un bâtiment annexe du centre de détention, selon nos informations. 

Que risquent les détenus?

Selon nos informations, les détenus auront deux types de sanctions. Une sanction disciplinaire interne, consistant à les placer dans le quartier disciplinaire du centre pénitentiaire à l'issue de leur garde à vue, pour une durée pouvant aller jusqu'à 30 jours. Et une sanction judiciaire: ils seront poursuivis et risquent une amende ainsi qu'une pronlogation de peine.

J.C. avec Sarah-Lou Cohen