BFMTV

Primes en liquide: Gaudin laissé libre, Guéant toujours gardé à vue

Claude Guéant, en mai 2012.

Claude Guéant, en mai 2012. - -

La garde à vue de l'ex-directeur de la police générale a pris fin mardi dans l'après-midi, tandis que celle de l'ancien ministre de l'Intérieur se poursuit actuellement.

La garde à vue de Michel Gaudin a pris fin mardi en fin d'après-midi, selon une source judiciaire.

L'ex-directeur général de la police nationale (DGPN) avait été placé en garde à vue mardi matin avec l'ancien ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, dans l'affaire des primes versées en liquide place Beauvau.
Celle de Claude Guéant, qui avait débuté à 8 heures dans les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales à Nanterre, était toujours en cours à 19h30. L'enquête préliminaire se poursuit.

La police enquête sur des primes suspectes

Les policiers enquêtent sur les primes en liquide perçues entre 2002 et 2004 par l'ancien ministre, alors qu'il était directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy.

Le parquet de Paris a ouvert mi-juin une enquête préliminaire à la suite de la publication d'un rapport d'inspection selon lequel quelque 10.000 euros mensuels, puisés dans les "frais d'enquête et de surveillance" des policiers, avaient été "remis" à cette époque à Claude Guéant.

L'entourage de Claude Guéant avait alors assuré que ces sommes ne lui étaient pas destinées, mais utilisées pour un système de "gratifications", notamment pour les policiers en charge de la protection du ministre Sarkozy. L'ancien directeur de cabinet a lui indiqué avoir bénéficié de ces primes pour expliquer le règlement en liquide de plusieurs factures découvertes lors d'une perquisition le visant.

A. G. avec Sarah-Lou Cohen-Bacri