BFMTV

Paris: polémique autour du contrôle policier d'un homme handicapé

Un homme handicapé, amputé d'un bras et des deux jambes, a été filmé en sous-vêtements, sans ses prothèses, lors d'un contrôle de police. La vidéo est devenue virale. Une source policière, de son côté, affirme que l'homme a lui-même enlevé ses prothèses.

Les images sont choquantes. Un homme handicapé, amputé des deux jambes et d'un bras, est assis au sol sur le quai du RER à Gare de Lyon lundi. Il est en sous-vêtement, ses prothèses de jambes sont à terre et ses affaires éparpillées. Trois policiers viennent de le contrôler et s'en vont, sans l'aider pour se relever, enfiler son pantalon ou remettre ses prothèses.

L'auteur de la vidéo interpelle alors les forces de l'ordre. "Monsieur l'agent, monsieur l'agent, on a besoin de vous." Il continue: "Monsieur l'agent, tournez-vous s'il vous plaît. C'est de l’humiliation ça, ce n'est pas normal."

Il venait d'uriner sur le quai

Une source proche du dossier, jointe par BFMTV, précise que selon les images de vidéosurveillance de la RATP, "l'homme était en train d'uriner dans une poubelle sur le quai, devant d'autres usagers, lorsque les agents sont intervenus pour le verbaliser."

D'après cette source policière, "l'homme s'est mis à provoquer un esclandre, protestant contre la verbalisation. Les agents décident de procéder à un contrôle et à une palpation. Alors qu'ils s'étonnent de sentir un objet dur au niveau de ses jambes, l'individu baisse alors son pantalon et montre ses prothèses aux agents, avant de les enlever et de se laisser tomber à terre." C'est à ce moment qu'un passant commence à filmer la scène. Les agents, devant la tournure des faits, préfèrent alors quitter les lieux. 

Saisie, la police des polices a ouvert une enquête. 

"L'un des policiers me tirait la jambe"

François Bayga, l'homme handicapé qui apparaît dans la vidéo, a raconté la scène au site Les Observateurs de France 24.

"Trois policiers se sont dirigés vers moi. Ils m'ont demandé mes papiers alors j'ai enlevé mon sac à dos et je leur ai montré. Mais je n'ai pas tous mes papiers, je vis en France mais ma demande de papiers est encore en attente à la préfecture.(...) Je leur ai donné mon téléphone, ma carte AME [aide médicale d'Etat, NDLR] et ma carte d'inscription à mon club de rugby en fauteuil roulant. Ils m'ont demandé mon lieu de résidence, je leur ai dit que j'étais dans un centre d'hébergement. Ils m'ont demandé où j'avais eu mon téléphone, m'accusant de l'avoir volé. J'ai commencé à m'énerver, je ne comprenais pas ce qu'ils voulaient. J'ai été plaqué contre le mur et tandis que je me débattais l'un des policiers me tirait la jambe. Il voulait savoir ce que j'avais sur moi, je leur ai dit plusieurs fois "ce sont des prothèses". Ils ont insisté pour me fouiller.(…) Je me suis senti complètement humilié."

La vidéo est rapidement devenue virale, vue plusieurs centaines de milliers de fois, et n'a pas tardé à faire réagir sur les réseaux sociaux, les internautes dénonçant une situation humiliante.

Par ailleurs, le défenseur des droits a annoncé mercredi sur Twitter avoir ouvert une enquête.

Céline Hussonnois Alaya avec A. G.