BFMTV

Paris: accusé de vouloir installer son marché de Noël, Marcel Campion mis hors de cause

Les Champs-Elysées illuminés, en novembre 2016.

Les Champs-Elysées illuminés, en novembre 2016. - Geoffroy Van Der Hasselt - AFP

La mairie de Paris avait assigné "le roi des forains" en référé, pour qu'il retire les câbles électriques qu'il aurait installés, sans autorisation, sur les Champs-Elysées. Mais la justice l'a finalement mis hors de cause, ce mercredi.

Le "roi des forains" mis hors de cause. La justice a ordonné ce mercredi le retrait de câbles électriques dans les arbres des Champs-Elysées, à l'origine d'un nouvel imbroglio entre Marcel Campion et la mairie de Paris. Celle-ci craignait que Marcel Campion tentait de réinstaller sans autorisation son marché de Noël. Mais le forain a finalement été mis hors de cause par la justice, ce mercredi.

Des câbles électriques à l'origine du conflit

Mi-septembre, la mairie de Paris avait fait constater par un agent assermenté l'installation de câbles sur la plus belle avenue du monde et assigné la société Loisirs Associés de Marcel Campion, promoteur historique des fêtes foraines parisiennes, dans une procédure d'urgence devant le TGI de Paris.

Selon la mairie, les employés sur place travaillaient pour le compte d'une entreprise spécialisée dans les installations électriques Energy Festif mais avaient déclaré "agir sur mandat de la société Loisirs Associés".

Or, début juillet, le Conseil de Paris avait voté à l'unanimité la fin du marché de Noël tel qu'il existait, actant la non-reconduction de la convention d'occupation du domaine public signée en 2015 avec la SARL Loisirs Associés de Marcel Campion, arrivée au terme de ses deux premières années. 

Une "affaire personnelle contre Marcel Campion"

Répondant à la demande de la mairie de Paris de retirer les câbles électriques, la justice ne s'est pas prononcée sur de possibles liens entre l'entreprise d'électricité et Marcel Campion, et a ordonné à la société Energy Festif le retrait des installations, selon l'ordonnance consultée par l'AFP.

"Le tribunal a mis hors de cause la société Loisirs Associés, mon client n'a effectivement rien à voir avec cette histoire", a déclaré la représentante de Marcel Campion, Me Marie-Alix Canu-Bernard. "Cette décision montre bien que la maire de Paris en fait une vraie affaire personnelle contre Marcel Campion". Sollicitée, la mairie de Paris n'a pas souhaité faire de commentaire.

Depuis deux ans, les affaires de Marcel Campion sont dans le collimateur de la justice, qui s'interroge notamment sur une convention qui lui a été octroyée en 2015 par la Ville de Paris pour installer sa grande roue sur l'emplacement de la place de la Concorde. L'homme d'affaires de 77 ans a été mis en examen le 30 mai pour recel de favoritisme et abus de biens sociaux à hauteur de 75.000 euros en sa qualité de gérant de la société exploitant la roue de la place de la Concorde, Fêtes Loisirs.

A.S. avec AFP