BFMTV

Otages du Niger: une plainte pour enlèvement et mise en danger de la vie d'autrui

Les quatre otages retenus au Niger depuis 2010.

Les quatre otages retenus au Niger depuis 2010. - -

Mille jours après son enlèvement, la famille de Pierre Legrand, l'un des otages retenus au Sahel, porte plainte auprès de la justice française pour obtenir des informations sur sa détention, mais aussi pour dénoncer de possibles manquements à la sécurité d'Areva et d'une filiale de Vinci, son employeur.

Une famille d'Otages du Niger annonce une plainte pour enlèvement et mise en danger de la vie d'autrui.

Le père et le frère de Pierre Legrand, capturé au Niger le 16 septembre 2010 et détenu depuis au Sahel par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont porté plainte vendredi pour enlèvement et séquestration, mais également mise en danger de la vie d'autrui, ont-ils annoncé.

La plainte contre X, avec constitution de partie civile, vise notamment de possibles manquements à la sécurité d'Areva et d'une filiale du groupe Vinci, Sogea-Satom, pour laquelle travaillait l'otage français.

"Depuis 1.000 jours, les progrès sont insignifiants"

"Depuis 1.000 jours, les progrès sont insignifiants, nous ne voulons pas nous reprocher de n'avoir rien fait, nous voulons comprendre", a dit Alain Legrand.

"Dans un premier temps on nous a conseillé le silence, nous avons toujours été dans la retenue, mais au bout de trois ans, ça suffit", a-t-il ajouté.

La plainte, pour enlèvement et séquestration aggravés en lien avec une entreprise terroriste, atteintes volontaires à l'intégrité physique et mise en danger de la vie d'autrui, devrait aboutir à la désignation d'un juge d'instruction.

Suite aux enlèvements, une enquête préliminaire avait été ouverte le 22 septembre 2010 par la section antiterroriste du parquet de Paris.

Les otages ont été enlevés le 16 septembre 2010 au Niger. Leur rapt a été revendiqué cinq jours plus tard par Al-Qaïda au Maghreb islamique. Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol et Marc Furrère sont toujours aux mains de leurs ravisseurs. Françoise Larribe, malade, a été relâchée en février 2011.

A LIRE AUSSI:

>> Aqmi annonce l'exécution d'un otage français

>> Otages: la France ne paiera plus

>> Ghesquière: "les conditions de vie des otages doivent être très difficiles"

M.R. avec AFP