BFMTV

"On voudrait juste dormir": des riverains se mobilisent contre des dealers

Les dealers se sont installés dans une zone stratégique à l'abri. (image d'illustration)

Les dealers se sont installés dans une zone stratégique à l'abri. (image d'illustration) - Capture Google Streetview

Des riverains de la cité Paul-Eluard, à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, ont décidé de se mobiliser depuis jeudi dernier pour tenter de déloger des jeunes qui provoquent des nuisances sonores la nuit.

Contrairement à d'autres quartiers plus sensibles de Saint-Denis, la cité Paul-Eluard est considérée plutôt comme tranquille. Ce n'est pourtant pas la première fois que des nuisances sonores sont constatées la nuit, mais les habitants de ce quartier ont décidé de dire stop. Depuis jeudi 14 avril, plusieurs locataires ont décidé de se mobiliser.

Pour la septième soirée consécutive, les riverains ont décidé de réoccuper leur espace de vie, en s'installant de 21 heures à 1 heure du matin en bas de leur immeuble. L'objectif: faire partir des jeunes qui ont décidé d'établir leur quartier à proximité. Chaque nuit, ces derniers installent leur barbecue, mettent la musique à fond, sur le parking situé en bas des barres. Surtout, les riverains doivent assister, impuissants, à un véritable va-et-vient de voitures venues pour acheter de la drogue.

Trois femmes à l'origine du mouvement

Un trafic de drogue qui est monté crescendo ces dernières années mais qui est devenu incessant ces derniers mois. Un feu de voiture, qui s'est propagé aux véhicules de deux locataires, a convaincu les locataires d'agir. "Il y a un moment, on n'a plus le choix, constate, pour BFMTV.com, Georgette*, 61 ans. On s'est dit qu'on allait prendre leur place. Le trafic est vraiment visible, on voit les voitures arriver puis repartir." Avec deux autres riveraines, elles se sont installées jeudi dernier en bas de leur immeuble.

La "cohabitation" avec les jeunes a été compliquée les premiers jours. "Vous nous gênez, nous disaient-ils", rapporte la sexagénaire. Au début sommaire, la mobilisation s'est étendue au fil des jours. De par son organisation: désormais, ils s'installent avec des tables, des chaises, du café et des gâteaux. Mais aussi par le nombre de participants: "Certains soirs, une vingtaine de riverains sont présents." Des hommes, des femmes, et même parfois des enfants que les parents ne peuvent faire garder.

"On a été trop loin"

"On voudrait juste se reposer", réclame simplement la sexagénaire. Car toutes les chambres de ces immeubles de cinq ou huit étages donnent sur la zone où s'installent les jeunes. D'autant que le lieu est enclavé entre une ligne de chemin de fer, une autre de tramway et un carrefour routier particulièrement bruyant. "On voudrait juste dormir, on voudrait juste que ce soit plus discret", répète, encore une fois, Georgette, épuisée par ses heures de "veille". 

"Il faut qu'une décision soit prise, insiste-t-elle. On a été trop loin pour que ça s'arrête comme ça, mais c'est très fatigant. On enchaîne deux journées avec le travail."

Ce combat, la mairie de Saint-Denis s'y est associée, après avoir été prévenue par les riverains eux-mêmes au bout de quelques soirées de mobilisation. "On essaie de créer un mouvement de solidarité pour les aider", explique à BFMTV.com Stéphane Peu, adjoint au maire en charge de l'urbanisme. Egalement président de l'office Plaine commune Habitat, il s'est rendu une première fois en début de semaine aux côtés des habitants, puis y retourne dans la nuit de mercredi à jeudi.

"Ce serait terrible que ces personnes courageuses soient battues par les dealers, à cause de la lassitude", poursuit l'élu PC, qui espère que la médiatisation de cette mobilisation citoyenne fera réagir.

Renforcement des rondes policières

Après six jours de mobilisation citoyenne, les dealers ne "font plus leur business. (...) Il y a de moins en moins de voitures qui passent", estime Georgette, indiquant qu'il y avait moins d'acheteurs pour les vendeurs de drogue. 

Mais si la résolution définitive de cette situation passait par une action policière? C'est en tout cas ce que réclame la mairie. Mais, selon nos informations, le commissariat de Saint-Denis ne dispose "que" d'environ 300 hommes. Un chiffre fixe malgré une évolution croissante de la population. Pour le nombre d'habitants que comptent la commune, il en faudrait 200 de plus. "La police fait ce qu'elle peut", constate Stéphane Peu.

Pour les riverains, les dispositifs sont inadaptés. "La police passe à midi, à cette heure-là, ces gens-là (les jeunes, Ndlr) dorment encore", déplore la locataire. depuis le lancement de leur mouvement, les riverains ont vu "une foi" les policiers vers 21 heures. Des habitants qui réclament donc davantage de rondes. La préfecture de Seine-Saint-Denis, qui a reçu les autorités locales, a promis pour la nuit de mercredi à jeudi un renforcement des patrouilles policières dans le quartier.

* Prénom modifié

Justine Chevalier