BFMTV

Nice: des SDF viennent en aide à six personnes, coincées dans un ascenseur, qui manquaient d'air

Des SDF sont venus en aide à six personnes coincées dans un ascenseur (photo d'illustration).

Des SDF sont venus en aide à six personnes coincées dans un ascenseur (photo d'illustration). - Canon EOS M/MaxPixel/CC

Bloquées près d'une heure dans un ascenseur, commençant à suffoquer, six personnes ont été sauvées par des SDF dans un parking souterrain à Nice.

Ils auraient mieux fait de prendre les escaliers. Six personnes ont vécu une fin de soirée mouvementée à Nice samedi soir après avoir été bloquées près d'une heure au sixième sous-sol d'un parking souterrain, dans un ascenseur. Elles ont heureusement pu compter sur l'aide d'un groupe de sans-abris qui se trouvait à proximité, rapporte Nice Matin.

"S’il y avait de la lumière et de la musique, le téléphone ne passait pas et, très vite, nous avons commencé à manquer d’air", raconte l'une des occupantes de l'ascenseur qui explique avoir mis trente minutes à joindre un interlocuteur en appuyant sur l'appel d'urgence.

Un couteau suisse et une lance de secours

"Au bout d’un laps de temps qui nous a paru interminable, l’appel d’urgence nous a enfin permis d’entrer en relation avec un interlocuteur… à Paris. Oui, nous sommes tombés sur une plateforme où l'on nous a expliqué qu'un technicien allait se déplacer", raconte-t-elle, ajoutant que les pompiers devaient être également alertés. Pourtant, ces derniers assurent auprès de Nice Matin n'avoir reçu aucun signalement.

Un des occupants parvient à ouvrir les portes de quelques millimètres à l'aide d'un couteau suisse. Une ouverture insuffisante pour respirer sereinement. Finalement, ce sont des SDF qui leur sont venus en aide après avoir entendu tambouriner sur les portes.

"Ils ont réussi à élargir l’espace en y glissant une lance de secours. Ce qui nous a donné un peu d’air. Sans eux, je crois que nous aurions fini par suffoquer", confie l'une des occupantes.

Le technicien a fini par intervenir une heure après le début de leur mésaventure. Chacun a pu ensuite reprendre sa voiture afin de rentrer chez soi.

Benjamin Rieth