BFMTV

Mort de Shaïna: deux ans après, un rassemblement organisé en sa mémoire

L'adolescente de 15 ans avait été retrouvée morte en octobre 2019, après avoir été poignardée et brûlée vive.

"On l’oubliera jamais". Deux ans après sa mort, un rassemblement en mémoire de Shaïna, est prévu ce lundi matin, à 11h30, dans le quartier de Champerelle à Creil (Oise). Le rassemblement aura lieu du côté des jardins ouvriers, où la jeune fille de 15 ans avait été poignardée avant d'être brûlée vive, alors qu'elle était enceinte, comme l'avait révélé Le Monde.

"Ce lundi cela fera 2 ans précisément que ma petite soeur Shaïna n’est plus avec nous. Et on l’oubliera jamais", a écrit sur Twitter son grand frère, Yasin Hansye. "On ne lâchera rien et on fera tout pour nous faire entendre afin que justice soit rendue". "Venez nombreux lundi", demande de son côté Shakill Hansye, le père de la jeune fille.
"Ma sœur a été assassinée il y a deux ans dans des circonstances terribles", déclare le frère de la victime sur RMC ce lundi matin, expliquant que le rassemblement a pour but de "dire qu’on est toujours là à attendre la justice, à demander justice, et qu’une chose comme cela ne devait pas se produire", explique-t-il. "J’espère que ma sœur n’est pas morte pour rien et qu’il y a une réelle prise de conscience, c’est pour cela qu’on organise une marche blanche".

BFMTV avait rencontré les parents et le frère de la jeune fille en septembre. "On avance aussi pour elle, pour que justice soit faite pour elle, elle n'est pas partie pour rien, elle n'est pas partie comme cela, on ne peut pas laisser une chose comme cela arriver en France aujourd'hui, non", avait déclaré la mère de l'adolescente, Parveen Hansye, qui réclamait alors "une justice très sévère".

Dans l'attente d'un procès

Shaïna avait déjà subi un viol collectif à l'âge de 13 ans à Creil, et était depuis menacée par des personnes de son quartier, qui la qualifiaient régulièrement de fille facile. C'est son petit ami de l'époque, père de l'enfant dont elle était enceinte, qui est accusé de son meurtre. Lui nie les faits.

"En étant victime de ce viol, on l'a considérée comme étant une fille facile, digne probablement d'être souillée, quelqu'un de souillé est quelqu'un digne d'être détruit", explique sur notre antenne Negar Haeri, avocate de la famille. "Il y a eu une espèce d'escalade dont elle n'est pas responsable".

Le procès n'a toujours pas eu lieu. "Le juge d’instruction au bout de deux ans d’investigation a considéré qu’il y avait suffisamment de charges contre [l'accusé] pour renvoyer l’affaire devant la cour d’assises", explique l'avocate, mais l'homme "a fait appel de cette décision". La famille est donc dans l’attente de savoir si un procès se tiendra aux Assises.

"On n'arrive pas à imaginer qu’elle est morte"

Pour son frère, "Shaina était libre, elle voulait vivre sa vie, on l’a empêchée de vivre finalement". Il dit la douleur de sa famille qui deux ans après "n’arrive toujours pas à faire le deuil de Shaïna". "On n'arrive pas à imaginer qu’elle est morte, on a l’impression que c’est un mauvais cauchemar. On n’arrive pas à penser à nous, on est toujours sous le choc".

Selon les membres de la famille, le maire de la ville, Jean- Claude Villemain, doit se joindre au rassemblement ce lundi matin. D'après Le Parisien, un mémorial devrait bientôt marquer l'emplacement du drame, où Shaïna a été retrouvée morte, car deux ans après les faits, sa famille ne veut pas que l'affaire retombe dans l'oubli.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV