BFMTV

Montreuil: le directeur des Restos du coeur poignardé par un couple armé

Selon nos informations, la victime avait déjà reçu des menaces de mort.

Le directeur de l'antenne de Montreuil de l'association les Restos du Coeur dit avoir été violemment agressé vendredi matin, a appris BFMTV.com, confirmant une information d'Europe 1. L'homme a été attaqué par un couple armé d'une hache et d'un couteau. Les faits se sont déroulés sur le site des Restos du coeur en Seine-Saint-Denis. C'est la victime elle-même qui a prévenu les secours.

Vers 7h20, le couple se serait présenté à l'accueil de ce centre de distribution, exceptionnellement fermé, a expliqué le bénévole. L'homme "de type africain", selon le parquet de Bobigny, aurait immédiatement tenté d'atteindre le responsable avec sa hache. Esquivant l'attaque, la victime aurait ensuite reçu plusieurs coups de couteau au niveau de l'abdomen porté par la femme "voilée avec le visage découvert". Les deux armes ont été découvertes par les enquêteurs dans le local.

Des menaces de mort

Juste avant de prendre la fuite, le couple aurait crié "Allahu Akbar, chien d'infidèle", indiquent plusieurs sources policières qui invitent à la prudence. Le caractère psychologique ou les relations entre agresseurs et victime n'étant pas connus. La brigade criminelle de la police judiciaire de Paris a été saisie par le parquet de Bobigny qui a ouvert une enquête pour "tentative d'homicide volontaire".

Selon nos informations, ce responsable avait déjà reçu des menaces de mort. La victime a porté plainte en avril dernier après avoir reçu à l'association un carton en forme de cercueil avec accompagné d'une lettre sur laquelle il était écrit "Sale Franc-Maçon, tu es un mécréant, sale Français, chien d'infidèle qui refuse d'aider nos frères musulmans, on va te tuer. Allahu Akbar".

Quelques heures après les faits, l'homme et la femme sont en fuite. Le directeur de l'antenne des Restos du coeur, transporté en urgence dans un hôpital parisien, a un poumon perforé mais son pronostic vital n'est plus engagé. Bernard Cazeneuve a apporté son soutien au bénévole et a fait part de "sa plus vive indignation".

Justine Chevalier et Cécile Ollivier