BFMTV

Luc Besson condamné à 10.000 euros d'amende pour avoir licencié son assistante de direction

Luc Besson

Luc Besson - AFP

L'assistante de direction d'EuropaCorp avait été licenciée pour "faute grave" pendant son arrêt maladie.

Le réalisateur Luc Besson a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Bobigny à verser une amende 10.000 euros pour avoir licencié, en 2018, l'assistante de direction de sa société EuropaCorp alors qu'elle était en arrêt maladie.

Sa société EuropaCorp, en grande difficulté financière, qui est placée depuis octobre en procédure de sauvegarde, écope de 20.000 euros d'amende.

Luc Besson avait été jugé le 28 novembre, lors d'une audience à laquelle il n'avait pas assisté, pour "discrimination fondée sur l'état de santé".

A l'origine de l'affaire une plainte de son assistante de direction qui avait déposé en octobre 2017 une demande de congés - à deux reprises - refusée par le réalisateur. 

Licenciée pour "faute grave"

"Lassée du harcèlement qu'elle subit depuis des années", elle s'était mise en arrêt maladie, avait expliqué à l'AFP son avocat, Me Mathieu Brulé.

Mais le 9 janvier 2018, l'assistante de direction est alors licenciée pour "faute grave" sur la base de cet arrêt de travail qui est qualifié de "frauduleux" par Luc Besson.

Le procureur avait requis dix mois de prison avec sursis contre le cinéaste, 30.000 euros d'amende contre le PDG d'EuropaCorp et 50.000 euros pour sa société.

Une décision du 9 octobre 2019 du conseil des Prud'hommes de Seine-Saint-Denis a en outre reconnu le harcèlement que subissait la salariée d'EuropaCorp de la part de son employeur, mais avait écarté le caractère discriminatoire du licenciement.

"Agissements destructeurs"

"Du côté de ma cliente, il y a un sentiment que le tribunal ait pris les mesures de la perversité de la situation. Elle a été licenciée en raison de la dégradation de son état de santé et alors que cette dégradation de son état de santé résultait uniquement des agissements destructeurs de Luc Besson et notamment du harcèlement moral", a réagi à l'annonce du délibéré Me Mathieu Brulé.

Pour Arnaud de Senilhes, avocat du réalisateur, "Monsieur Besson n'a pas licencié son assistante parce qu'elle était en congé maladie mais pendant son congé maladie. Il n'y a rien de discriminant", avait affirmé l'avocat auprès de l'AFP en novembre. Selon le conseil, elle aurait utilisé cet arrêt pour prendre ses vacances.

La victime recevra 1.000 euros au titre du préjudice civil et verra ses frais de justice remboursés.

M. R. avec AFP