BFMTV

Limoges: une institutrice de maternelle condamnée pour violences sur 11 élèves

Henri Leclaire.

Henri Leclaire. - AFP

Une institutrice d'école de Haute-Vienne a été reconnue coupable de violences physiques et psychologiques sur onze élèves de maternelle et condamnée ce vendredi en appel à Limoges à 12 mois de prison avec sursis et cinq ans d'interdiction d'exercer une profession en lien avec des enfants.

Le 31 mars, devant la cour d'appel de Limoges, le ministère public avait requis à l'encontre d’une institutrice de l'école de Feytiat (Haute-Vienne), près de Limoges, une peine de 18 mois de prison avec sursis et une interdiction à vie d'exercer une profession en lien avec des enfants. La femme de 49 ans a été reconnue coupable de violences physiques et psychologiques sur onze élèves de maternelle. L'institutrice, Delphine Adam, avait été relaxée en première instance, le tribunal correctionnel ayant considéré que les faits qui lui étaient reprochés ne relevaient pas de violences commises par une personne ayant autorité sur mineurs.

Une plainte de parents d’élève

L'affaire avait éclaté au début de l'été 2015 quand des parents avaient constaté que le comportement de leurs enfants, âgés de 3 à 5 ans, se dégradait (peur irrationnelle, refus de manger, terreurs nocturnes, draps souillés...). Ils avaient alerté la hiérarchie de l'institutrice mais, en l'absence de sanctions disciplinaires, ils s'étaient résolus à porter plainte en février 2015.

A.M avec AFP