BFMTV

Le ravisseur de Rifki avait été interpellé en juin pour des attouchements sur mineurs

Selon nos informations, le ravisseur présumé du petit Rifki, 4 ans, dimanche à Rennes, avait été interpellé en juin dernier dans le cadre d'une affaire d'attouchements sur mineurs. Le petit Rifki, entendu par les enquêteurs, n'a "évoqué aucune violence de quelque nature".

Le suspect interpellé dimanche pour l'enlèvement du petit Rifki, 4 ans, était déjà connu des services de police. D'après nos informations, l'homme prénommé Ahmed avait été interpellé à Rennes en juin dernier pour une affaire d'attouchements sur mineurs. Pour ces faits commis à Rennes, il va comparaître devant le tribunal correctionnel de Rennes en janvier prochain.

Entendu par les enquêteurs de la police judiciaire, en présence d'un psychologue, Rifki n'a "évoqué aucune violence de quelque nature qui aurait pu être commise par le mis en cause, qu'il appelle familièrement 'Tonton Ahmed'", a indiqué le parquet ce lundi. En revanche, le ravisseur est poursuivi pour "des faits d'agression sexuelle au préjudice d'un mineur de quinze ans". Celui-ci, qui devrait être présenté à l'issue de sa garde à vue, mardi, devant un juge d'instruction en vue de l'ouverture d'une information judiciaire, nie.

Rifki doit être examiné par des médecins

Retrouvé "sain et sauf" en Gironde dimanche, l'enfant doit être examiné par des médecins pour savoir s'il a subi des violences. Rifki a pu être retrouvé après le déclenchement de l'alerte enlèvement. Une voyageuse à bord d'un TGV a donné l'alerte avant l'intervention des forces de police en gare de Libourne. 

Le petit garçon avait disparu la veille, place de la mairie à Rennes alors qu'il était en compagnie de sa mère et de son oncle. Avec eux se trouvaient également la personne qui hébergeait la mère et son enfant, ainsi qu'Ahmed, hébergé par le même hôte. Au cours de l'après-midi, Ahmed s'était écarté du groupe avec le petit garçon pour acheter des boissons avant de disparaître. 

C. B avec Mélanie Bertrand