BFMTV

La Tour Eiffel évacuée vendredi soir après une fausse alarme

Une forte présence militaire est sur place.

Une forte présence militaire est sur place. - AFP

La Tour Eiffel a été évacuée vendredi soir après une fausse alarme, causée, selon la préfecture, par une confusion d'un employé du monument. Les exploitants, pour leur part, évoquent le "principe de précaution" dû à la vue de "quelque chose de suspect".

Un malentendu à l'origine de cette fausse alarme ? C'est en tout cas ce qu'affirme la préfecture de police, après l'évacuation, vendredi soir, peu après 20 heures, de la Tour Eiffel. Selon les informations de BFMTV.com, l'ordre a été donné après la découverte d'un sac à dos ou d'un bagage abandonné dans le monument touristique.

Selon des témoins, une forte présence policière et militaire était sur place. Par mesure de précaution, et dans le contexte actuel de menace très élevé d'attentat, les autorités ont pris la décision de faire sortir tous les visiteurs.

Une fausse alarme

La préfecture de police, citée par l'AFP, a pour sa part indiqué un peu plus tard qu'il y avait eu "un exercice de simulation en interne, comme il s'en fait des dizaines par semaine, qui a mal tourné. Il y a un employé qui a pensé que c'était réel. Et la Tour Eiffel a été évacuée", a raconté cette source. "Il ne devait pas y avoir d'évacuation de personnes", a-t-elle souligné, qualifiant l'incident d'"erreur" due à une "incompréhension". Cette source policière a également écarté l'hypothèse d'un éventuel colis suspect.

Néanmoins, le président de la SETE (Société d'exploitation de la Tour Eiffel) Bernard Gaudillère a donné un peu plus tard à l'AFP une explication un peu différente. Vers 19h15, un employé chargé de surveiller les radiographies des sacs a cru voir "quelque chose de suspect" dans un bagage, ressemblant à un pistolet et qui s'est révélé plus tard être un objet quelconque en plastique, a-t-il dit. Mais comme le bagage se trouvait dans le flot d'un groupe, l'employé n'a pu déterminer si son détenteur était passé ou non au contrôle.

Une incompréhension à l'origine de l'évacuation

Le "principe de précaution" s'est alors appliqué, avec appel à la police et évacuation. "Nous ne voulons prendre aucun risque", a ajouté le président de la SETE qui se "réjouit que les instructions aient été suivies".

L'incident est survenu le jour de l'annonce de l'annulation de deux événements importants en France après une série d'attaques jihadistes ayant culminé en novembre 2015 à Paris et Saint-Denis (130 morts) et juillet 2016 à Nice (85 morts). Pour des raisons de sécurité, les championnats d'Europe de cyclisme sur route ne se tiendront pas à Nice du 14 au 18 septembre, pas plus que la grande braderie de Lille prévue le premier week-end de septembre.

La Tour Eiffel est l'un des symboles de Paris et de la France. Depuis son inauguration en 1889, près de 250 millions de visiteurs sont venus la découvrir, selon son exploitant.

J.C.