BFMTV
Police-Justice

L'un des cinq Afghans rapatriés sous surveillance placé en garde à vue

Il a été placé en garde à vue lundi soir pour ne pas avoir respecté l'une de ses mesures de surveillance, à savoir ne pas quitter la Seine-Saint-Denis.

L'un des cinq Afghans placés sous surveillance depuis lundi a été placé en garde à vue lundi, selon une source proche du dossier à BFMTV, confirmant des informations d'Europe 1. Une garde à vue prolongée de 24 heures, a-t-on appris du parquet de Paris mardi soir.

Il ne s'agit pas du principal profil qui inquiétait les autorités, mais d'un membre de sa famille qui était placé sous Micas (mesure individuelle de contrôle administratif et de surveillance). Il a été placé en garde à vue, précisément parce qu'il a rompu sa Micas, et de fait son isolement sanitaire. En effet, il a quitté Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et a été interpellé dans Paris intra-muros, lundi soir.

Placé en garde à vue, il encourt jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende.

Par Mélanie Bertrand