BFMTV

L'agresseur de Marin condamné à sept ans et demi de prison

Marin arrive à la cour d'Assises de Lyon le 3 mai 2018

Marin arrive à la cour d'Assises de Lyon le 3 mai 2018 - Jeff Pachoud-AFP

L'agresseur du jeune Marin, laissé pour mort en 2016 après avoir défendu un couple qui s'embrassait, a été condamné ce vendredi à Lyon à sept ans et demi de prison. Il était poursuivi pour "violences avec usage ou menace d'une arme suivie de mutilation ou infirmité permanente". Les débats, débutés mercredi devant la Cour d'assise des mineurs, se sont tenus à huis clos, l'accusé étant âgé de 17 ans au moment des faits.

La cour d'assises des mineurs a retenu l'excuse de minorité, réduisant de moitié la peine maximale encourue, soit quinze 15 ans de réclusion, contrairement à ce qui avait été réclamé plus tôt par l'avocat général et les parties civiles. Marin et ses parents qui l'entouraient ont paru consternés à l'annonce du verdict.

Reçu par le pape

Le 1er novembre 2016, Marin, alors âgé de 20 ans, se faisait tabasser devant le centre commercial de la Part-Dieu à Lyon après avoir pris la défense d'un couple qui s'embrassait dans la rue. Dans le coma, il avait miraculeusement survécu après une opération du crâne. Mais il a gardé de très lourdes séquelles neurologiques et motrices. 

Son agresseur, un adolescent à la dérive déjà connu de la police et avec des addictions à l'alcool et au cannabis, aux parcours familial et scolaire chaotiques, a reconnu jeudi "avoir détruit la vie" du jeune homme. L'histoire de Marin a ému jusqu'au pape qui l'a reçu en audience privée le 11 avril au Vatican.

C.H.A. avec AFP