BFMTV

Intempéries dans le Centre-Est : témoignages

-

- - -

Les fortes pluies qui ont touché le Centre-Est ce week-end sont à l’origine de nombreux dégâts dans la région. Réactions et témoignages.

Quatre départements du centre-est sont toujours ce lundi matin placés en alerte rouge par Météo France en raison des risques de crue « majeurs » de la Loire : la Loire, l'Allier, la Nièvre et la Saône-et-Loire. Deux autres départements, la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme, sont eux placés en alerte orange.
Depuis samedi, de fortes précipitations orageuses touchent ces départements. Des centaines d'habitants ont été évacués et d'importants axes routiers et ferroviaires coupés à cause d'inondations.

150 sauveteurs de la sécurité civile avaient par ailleurs été dépêchés en renfort dans les 14 départements du sud de la France menacés également par des inondations à Langogne et Florac (Lozère), Valence (Drôme), la Grande Motte (Hérault) et Feurs (Loire).

Un manque d'anticipation ?

A Rive-de-Gier (Loire, 14 383 habitants), l'électricité et le téléphone ont été temporairement coupés. La rivière en crue, le Gier, a emporté ou détérioré quelques 200 véhicules dans la nuit de samedi à dimanche.
Marie, 45 ans, propriétaire d'une boutique de décoration, explique que la boue est rentrée chez elle jusqu'à 2 mètres de haut : « C'est tellement plein de boue... On découvre, comme tout le monde... Il faut des jours pour essayer de nettoyer... Regardez les voitures ! L'eau est montée jusqu'au plafond, c'est catastrophique ».
Jean-Claude Charvin, maire de Rive-de-Gier, explique que la commune n'a été alertée que quelques minutes avant les inondations : « Nous n'étions pas en alerte orange, nous n'avions pas de bulletin météo particulièrement alarmiste. Tout s'est déclenché vers 23h15 quand les responsables du service départemental d'incendie et de secours m'ont téléphoné en me demandant de bien vouloir passer à la caserne, parce que d'après leur dernière vision du Gier, l'eau montait relativement haut. Ce que j'ai pu confirmer en arrivant chez eux. Mais rien n'indiquait que 10 minutes plus tard il allait déborder de son lit et surtout qu'il allait détruire le centre-ville comme ça a été le cas aujourd'hui ».
Christian Decharrière, le préfet de la Loire, explique ce manque d'anticipation : « Ce qui caractérise le phénomène, c'est quand même son arrivée un peu rapide. Manifestement, la Loire a été très fortement grossie par les pluies qui sont intervenues ces dernières 48 heures sur l'Ardèche et sur la Haute-Loire. Nous avons « récupéré » les pluies qui sont tombées sur le "bassin versant" de la Loire ».

La rédaction avec Yannick Olland et Eric Chimot