BFMTV

Insécurité: plus d'un quart des femmes renoncent à sortir seules de chez elles

Le comportement de renonciation lié à l'insécurité est plus fréquent dans les grandes agglomérations.

Le comportement de renonciation lié à l'insécurité est plus fréquent dans les grandes agglomérations. - AFP

17% des Français déclarent ne pas sortir seuls de chez eux, particulièrement le soir. Un comportement encore plus répandu chez les victimes de vols violents et pour ceux qui éprouvent un sentiment d'insécurité dans leur quartier. Parmi eux, près de 90% des sondés prennent cette précaution dès le début de soirée.

Insultes, harcèlement, agression... Plus d'un quart des femmes renoncent à sortir de chez elles seules pour des raisons de sécurité. C'est l'alarmant constat de la dernière étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publiée ce mardi matin. Plus inquiétant encore: parmi ces 26% de femmes déclarant ne pas sortir de chez elles sans compagnie (contre 6% pour les hommes), elles sont plus de la moitié à adopter ce comportement dès le début de soirée, contre 43% des hommes. Un chiffre qui vient confirmer les différentes études récentes sur le sentiment d'insécurité dans notre pays.

Cette attitude à renoncer à sortir de chez soi sans compagnie par crainte de l'environnement extérieur est diffuse pour une personne sur 6 (17%) des sondés au niveau national.

"Ce comportement est plus fréquent dans les grandes agglomérations, 100.000 habitants et plus, et dans l'agglomération parisienne où l'on observe un taux de 21%", détaille Hugo d'Arbois de Jubainville, auteur de l'étude sur un phénomène encore peu étudié par l'ONDRP.

Pour près de la totalité des Français qui renoncent à sortir seuls pour des raisons de sécurité (89%), ces précautions de sortie s'observent soit dès le début de soirée, soit la nuit.

Sentiment d'insécurité

"C'est un comportement qui va être plus ou moins fréquent selon les caractéristiques personnelles des personnes interrogées mais aussi selon leurs expériences", poursuit l'auteur de l'étude. Si le fait de renoncer à sortir de chez soi seul est plus fréquent chez les femmes, il les également pour les personnes les plus âgées et les plus jeunes (14 à 25 ans) qui déclarent respectivement à 22 et 20% prendre des précautions à cause de leur sentiment d'insécurité dans leur quartier. Près des deux tiers des 66 ans et plus ne sortent d'ailleurs pas de chez eux sans compagnie dès le début de soirée.

Outre l'aspect de sexe et d'âge, c'est l'expérience des sondés qui jouent sur leur comportement. Ainsi, 44% des individus qui ressentent de l'insécurité dans leur quartier, ou qui observent une consommation excessive d'alcool près de leur domicile, évitent de quitter, seuls, leur appartement ou maison. Ce chiffre atteint les 53% en début de soirée. En comparaison, les personnes qui estiment vivre en totale sécurité dans leur quartier sont seulement 10% à renoncer à sortir de chez eux. Par ailleurs, près de 40% des victimes de vols violents renoncent également à sortir de chez eux sans compagnie.

"Il est possible que les auteurs fassent eux-mêmes partie des groupes jugés inquiétants, ou que les victimes les associent à de tels groupes", conclut l'étude.

Etude réalisée auprès de 16.000 individus âgés de 14 ans et plus dans le cadre de l'enquête annuelle "Cadre de vie et sécurité"

Justine Chevalier