BFMTV

Incendie dans une maison de retraite à Paris, un mort et trois blessés

L'incendie s'est déclaré vers 21h20 dimanche soir, rue de la Source, dans le XVIe arrondissement de la capitale.

Un important incendie s'est déclenché dans une maison de retraite dimanche soir, aux alentours de 21h20, dans le XVIe arrondissement de Paris. Le bilan à ce stade fait état d'au moins un mort et cinq blessés. 

La personne morte était un pensionnaire âgé de 100 ans. Parmi les blessés, deux résidentes de l'EHPAD, âgées de 88 ans et 96 ans, sont dans un état grave. Le commandant des pompiers de Paris, Éric Moulin, a précisé dimanche soir que le pronostic vital de l'une d'entre elles était engagé. "Trois autres personnes sont dans un état léger, toujours intoxiquées par les fumées", a ajouté le pompier. 

Selon des témoins, l'incendie a ravagé le deuxième étage de la maison de retraite.

"On a pu monter au deuxième étage (...) et c'est très dégradé, a expliqué au micro de BFMTV le fils d'une pensionnaire de l'établissement. C'est complètement dévasté, la moquette et noircie, il n'y a plus de lumière, c'est un trou noir."

Un pompier blessé

En tout, 156 sapeurs-pompiers venant de 20 casernes ont été déployés sur place pour éteindre le feu et prendre en charge les résidents de l'EHPAD. Ce ne sont pas moins de 87 personnes ont été évacuées. L'établissement concerné se nomme Les Terrasses de Mozart, et est situé rue de la Source. Un pompiers a été blessé durant l'intervention, au cours de laquelle les soldats du feu ont effectué sept sauvetages.

Le personnel médical a pu prendre en charge les pensionnaires de l'établissement dans un restaurant situé à côté de l'EHPAD, qui a en tout accueilli "une cinquantaine, une soixantaine de personnes", selon le directeur du bar-restaurant.

Les résidents du deuxième étage ont pu être transférés dans un autre établissement, à Neuilly-sur-Seine. Les autres ont pu regagner leur chambre dans la nuit.

L'origine du feu reste pour l'instant inconnue. Le laboratoire central de la police de Paris était sur place pour tenter d'en déterminer la cause.

Jules Pecnard et Juliette Mitoyen