BFMTV

Incendie dans le Gard: "une cause humaine et a priori volontaire", selon les enquêteurs

L'incendie qui s'est déclaré mardi dans le Gard, à Générac, pourrait avoir une origine criminelle. Ce jeudi, le parquet de Nîmes a annoncé qu'une "cause humaine et a priori volontaire" serait à l'origine de ce feu qui a brûlé 500 hectares.

500 hectares partis en fumée, et la piste criminelle privilégiée. La cellule de recherche des causes d'incendie a écarté, ce jeudi, la piste accidentelle concernant le feu de forêt et de broussaille qui s'est déclaré mardi à Générac, dans le Gard, a appris BFMTV auprès du parquet de Nîmes. 

Selon le procureur de la République de Nîmes, les enquêteurs ont découvert des éléments flagrants sur place laissant penser que le feu a "une cause humaine et a priori volontaire". Il convient désormais de déterminer les circonstances exactes de cet incendie et d'identifier l'éventuel auteur de ces flammes. 

90 pompiers toujours mobilisés

L’enquête a été confiée à la brigade de recherches de gendarmerie de Nîmes et Saint-Gilles. Le procureur devrait prochainement ouvrir une information judiciaire des chefs de destruction et dégradation de biens d’autrui, de forêt, indique le parquet à BFMTV. Une infraction passible de 15 ans de prison.

Ce jeudi, 90 pompiers étaient toujours mobilisés pour maîtriser les vingtaines de reprises de feu constatées sur les 500 hectares qui ont brûlé sur une grande partie de la colline, au-dessus du village. 

Mélanie Vecchio avec Ambre Lepoivre