BFMTV

Il demande sa libération après avoir torturé et violé une femme enceinte dans un squat

Le fronton d'un tribunal en Grande-Bretagne

Le fronton d'un tribunal en Grande-Bretagne - Tim Green / Flickr.com / CC

Un jeune Perpignanais de 19 ans, en prison depuis mars 2015 pour "viol en réunion sur personne vulnérable”, a demandé sa remise en liberté avant son procès aux assises. Il dit vouloir "avoir une vie sociale comme les autres".

Une mauvaise rencontre. L'affaire avait pourtant commencé - presque - normalement: un couple rencontre deux hommes à Perpignan. Mais rapidement, tout a dérapé. Selon Midi-Libre, qui retrace l'itinéraire de Benjamin D., 19 ans, ce dernier, marginal de la ville catalane, incarcéré depuis mars 2015 pour "viol en réunion sur personne vulnérable" a demandé, en début de semaine, sa demande de remise en liberté auprès de la cour d'appel de Montpellier.

Face à lui, une jeune femme qu'il a volé, attaché, humilié et violé alors qu'elle était enceinte de quatre mois. Cette dernière, rencontrée avec son compagnon, était vulnérable: alors âgée de 18 ans, elle est placée sous curatelle renforcée. Rapidement, Benjamin D. et un complice profitent de la faiblesse du jeune couple : ils s'emparent de leur carte bancaire, volent leur téléphone portable.

Dans un second temps, comme l'explique Midi-Libre, les deux marginaux entraînent leurs victimes dans un squat. Durant plus de trois heures, le jeune homme est frappé devant sa compagne qui, elle, vit un calvaire: "Vous lui avez attaché les mains et les pieds avec du fil électrique, vous l'avez déshabillée avant de lui imposer des pénétrations sexuelles et des fellations", a expliqué le conseiller de la cour d'appel, avant de préciser que la jeune femme a été forcée de "mâcher des préservatifs ou boire de l'urine", tout en menaçant de lui faire perdre son enfant. 

"J'ai fait une grosse bêtise, je regrette vraiment ce que j'ai fait"

Dans son compte-rendu d'audience, nos confrères ajoutent que l'homme "regrette". "J'ai fait une grosse bêtise, je regrette vraiment ce que j'ai fait. Mais je veux sortir, recommencer ma vie, passer mon diplôme et mon permis. [...] J'ai déjà raté la naissance de ma nièce, je veux sortir, je peux avoir une vie sociale comme les autres".

L'avocat général de la cour d'appel de Montpellier, opposé à une remise en liberté avant le procès en assisse a évoqué "'une absence totale de scrupule, y compris pendant l'instruction", s'appuyant sur un rapport d'expert qui a démontré des traits "psychopathiques" et une indifférence à la souffrance des autres chez le prévenu. La décision de la justice est attendue ce vendredi.

Xavier Allain