BFMTV

Gilles Patron, père d'accueil de Laetitia Perrais, jugé aux assises

Gilles Patron lors du procès de Tony Meilhon, le 30 mai 2013.

Gilles Patron lors du procès de Tony Meilhon, le 30 mai 2013. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Il prétend qu'il entretenait une "relation amoureuse" avec Jessica Perrais, dont il était le père d'accueil, et qui était la soeur jumelle de Laetitia, qui a été assassinée en 2011. Gilles Patron est soupçonné de viol ou agressions sexuelles sur cinq victimes.

Il est suspecté de viols et/ou agressions sexuelles sur cinq victimes, dont la soeur jumelle de Laetitia, Jessica Perrais. Le procès de Gilles Patron, ancien père d'accueil de Laetitia, assassinée par Tony Meilhon en 2011, s'est ouvert mardi à Nantes devant les assises de Loire-Atlantique.

Gilles Patron, 63 ans, qui comparaît libre, est arrivé juste avant l'audience vêtu d'une veste vert foncé et d'un pull gris, puis a pris place dans le box des accusés. Son épouse et le reste de sa famille, qui le soutiennent, étaient arrivés avant lui.

L'audience est programmée sur neuf jours, jusqu'au 28 mars. Une cinquantaine de témoins ainsi qu'une dizaine d'experts doivent venir témoigner.

En 2011, il appelle à la sévérité contre les "violeurs récidivistes"

Gilles Patron, assistant familial agréé par le conseil général de Loire-Atlantique, est renvoyé devant la cour d'assises pour y répondre notamment de viols et agressions sexuelles par "personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction" sur Jessica Perrais.

Il est devenu célèbre lorsque, après le meurtre de Laetitia près de Pornic en janvier 2011, il avait été reçu à deux reprises par le chef d'Etat Nicolas Sarkozy, à la place des parents biologiques des jumelles qui lui avaient été confiées. Il avait alors, à plusieurs reprises, appelé à la plus grande sévérité contre les "violeurs récidivistes", alors que le viol de Laetitia, assassinée par Tony Meilhon et démembrée après sa mort, n'a jamais été avéré par l'autopsie.

Des lettres indiquant clairement son désir d'en finir avec la vie, destinées à plusieurs de ses proches, ont été retrouvées par les enquêteurs dans la chambre de Laetitia après sa mort. Une de ses amies a affirmé lors du procès de Tony Meilhon avoir recueilli des confidences de Laetitia se plaignant de viols de la part de Gilles Patron.

Défendu par Me Thierry Fillion, il n'a jamais admis avoir commis de viols ou agressions sexuelles, reconnaissant une "relation amoureuse" consentie avec Jessica Perrais, après sa majorité, et des "gestes involontaires" sur les autres plaignants.

A. D. avec AFP