BFMTV

Gilles Le Gendre se défend devant le groupe LaREM après la révélation de sa note sur un remaniement

Gilles Le Gendre.

Gilles Le Gendre. - Alain Jocard / AFP

Ce mardi, Gilles Le Gendre a dû se justifier devant le groupe parlementaire dont il a la charge après la diffusion vendredi dans la presse d'une note à l'attention de l'Elysée dans laquelle il définissait les contours d'un hypothétique remaniement. Il y critiquait en creux le Premier ministre et avait des mots peu amènes pour les députés de La République en marche.

Fragilisé après la fuite d'une "note" sur un remaniement ministériel, le patron des députés LaREM Gilles Le Gendre s'est défendu mardi devant ses troupes de tout "mépris" et a réaffirmé sa "confiance au Premier ministre".

"Je me sens redevable vis-à-vis de chacune et chacun d'entre vous pour réparer le lien de confiance qui a été abîmé" par la divulgation vendredi de cette note par l'hebdomadaire Marianne, a lancé l'élu de Paris lors d'une visio-réunion, selon des propos rapportés.

"C'est vrai, j'ai écrit que je ne voyais pas au sein du groupe de candidats au poste de Premier ministre. Mais il est tout aussi vrai que j'ai écrit (...) que beaucoup d'entre vous pouvaient légitimement espérer rentrer au gouvernement", a poursuivi Gilles Le Gendre. Et de lancer: "Rien ne m'est plus étranger que le mépris". 

Le Gendre souligne "la difficulté inouïe" de sa "mission"

"La mission que vous m'avez confiée est d'une difficulté inouïe, la période actuelle en apporte une nouvelle illustration", a-t-il complété alors que contexte est déjà difficile pour LaREM, avec la constitution en mai de deux nouveaux groupes à l'Assemblée avec des anciens membres du mouvement présidentiel, et un second tour des municipales compliqué en vue.

Tandis que dans sa note Gilles Le Gendre suggérait de nommer Jean-Yves Le Drian ou Bruno Le Maire comme Premier ministre, le président des députés "marcheurs" a évoqué "notre fierté collective et la mienne depuis que vous m'avez élu à votre tête, que jamais la confiance n'ait manqué à Edouard Philippe", toujours selon un participant. 

Tir groupé

Il a réaffirmé "solennellement cette confiance au Premier ministre Edouard Philippe et à son gouvernement". Plusieurs prises de parole ont suivi dont le président de l'Assemblée Richard Ferrand et le numéro un de LaREM Stanislas Guerini, avec pour mot d'ordre "l'unité" dans une période aux forts enjeux. Si l'Agence France Presse a parlé d'un "relatif retour au calme", nos informations indiquent que Gilles Le Gendre a fait l'objet d'un tir groupé en provenance de plusieurs parlementaires. Ceux-ci lui ont reproché d'avoir taclé le Premier ministre dans sa note et ont appelé à un "renouvellement des équipes" à la tête du groupe. 

R.V. avec AFP et Elisa Bertholomey