BFMTV
Police-Justice

Enquête préliminaire ouverte contre Pierre Ménès autour d'accusations de harcèlement sexuel à Canal+

INFO BFMTV - Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête préliminaire concernant les agissements présumés du journaliste Pierre Ménès lorsque celui-ci était journaliste à Canal+. Selon nos informations recueillies auprès du parquet, elle a été ouverte pour des faits allégués de harcèlement sexuel et d’agressions sexuelles.

Le parquet de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, a ouvert mardi dernier une enquête préliminaire visant les agissements présumés du journaliste Pierre Ménès quand celui-ci était journaliste à Canal+. Selon nos éléments collectés auprès du parquet, l'enquête est ouverte pour des faits de harcèlement sexuel et d'agressions sexuelles. Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP).

L'ouverture de cette enquête fait suite à un signalement effectué le 17 décembre par l'Inspection du Travail des Hauts-de-Seine. Comme le site Les Jours l'a révélé à l'époque, l'Inspection du Travail avait décidé d'effectuer un signalement - au titre de l'article 40 du Code de procédure pénale - après avoir pris connaissance d'un rapport interne à Canal+ rédigé, au début de l'été 2021, quelques temps après la diffusion du documentaire de Marie Portolano, journaliste et ex-consoeur de Pierre Ménès, intitulé Je ne suis pas une salope.

Selon nos informations, confirmant celles des Jours, ce rapport contient des accusations de harcèlement sexuel portées par sept ex ou actuels salariés de Canal+ qui ont côtoyé Pierre Ménès quand celui-ci travaillait pour la chaîne cryptée. Parmi ces sept personnes figurent des hommes et des femmes. Dont Isabelle Moreau une journaliste sportive qui avait été embrassée de force sur le plateau du "Canal Football Club" en février 2011. Et celui de Marie Portolano, une autre journaliste à qui Pierre Ménès a soulevé la jupe, dévoilant ses fesses devant le public, à l'issue d'une émission datant de 2016.

Intenses remous

Un épisode sur lequel Marie Portolano revenait d'ailleurs elle-même dans son documentaire Je ne suis pas une salope diffusé au premier trimestre 2021 et qui dévoilait les conditions de travail des journalistes sportives en France. Ce reportage avait suscité d'intenses remous au sein de Canal+ quand le public avait découvert que des séquences avaient été coupées au montage, à commencer par celles dans lesquelles Pierre Ménès réagissait lui-même aux faits qui lui sont aujourd'hui reprochés.

Ce jeudi matin, en revanche, c'est l'avocat du journaliste qui a pris la parole auprès de BFMTV. "Ces temoignages ne sont pour la plupart pas du tout corroborés, ni verifiés, ni fondés", a d'abord affirmé le conseil avant de se tourner en direction de l'ex-employeur de son client: "Canal +, après avoir pris en compte ce rapport interne a decidé de ne pas licencier pour faute grave Pierre Ménès et a conclu un accord transactionnel ce qui signifie que pour son propre employeur il n'a pas commis la moindre infraction".

"Le parquet de Nanterre réagit seulement et uniquement face à une forme de pression malveillante à l'encontre de Pierre Ménès", a-t-il achevé.

Une rupture houleuse entre Pierre Ménès et Canal+

Après plusieurs mois de tensions, Pierre Ménès avait fini par quitter Canal+ après une négociation financière avec son employeur. Il continue, depuis, à commenter l'actualité du football sur une plateforme digitale.

Également accusé d'agression sexuelle par une hôtesse du Parc des princes, il doit d'ailleurs être jugé le 8 juin par le tribunal judiciaire de Paris pour cela. Des faits qu'il conteste.

Vincent Vantighem avec Mélanie Vecchio