BFMTV
en direct

Policier tué à Avignon: "l'auteur présumé des coups de feu" a été identifié, selon le procureur

Policier tué à Avignon: "l'auteur présumé des coups de feu" a été identifié, selon le procureur

Le procureur de la République d'Avignon ce lundi.

Quatre personnes soupçonnées d'être liées au meurtre du policier mercredi à Avignon sur un lieu de deal ont été interpellées dimanche soir.

Violences contre les forces de l'ordre: Castex répète vouloir renforcer les sanctions

Près d'une semaine après la mort du policier Éric Masson, le Premier ministre Jean Castex a réaffirmé qu'il était "impératif de protéger les forces de l'ordre" tout en assurant qu'il fallait "que la justice suive".

"Il est impératif de donner de moyens à nos forces de sécurité, il est impératif de les protéger et il est impératif que la justice suive", a-t-il déclaré. "Depuis 50 ans, l'Etat ne s'est pas assez occupé du service de la justice."

Après avoir annoncé lundi un durcissement des peines encourues par les agresseurs de policiers ou de gendarmes, Jean Castex a assuré que le permis de conduire serait automatiquement retiré aux conducteurs qui s'engagent dans un refus d'obtempérer.

"L'auteur présumé des coups de feu" a été identifié, d'après le procureur

Lors d'une conférence de presse ce lundi, le procureur a confirmé que "l'auteur présumé des coups de feu" avait été identifié .

"L'enquête (...) a permis d'authentifier l'auteur potentiel (...) et l'individu présent à ses côtés", a déclaré Philippe Guémas face à la presse. Et d'ajouter: "le cas du conducteur du véhicule semble différent (...) puisqu'il est âgé d'une cinquantaine d'années".

Les trois autres personnes interpellées sont: le complice du principal suspect, le chauffeur de la voiture âgé d'"une cinquantaine d'années" et la soeur d'un des suspects.

Les deux principaux suspects sont "très jeunes et ont déjà été condamnés plusieurs fois"

"Les deux personnes interpellées sont toutes les deux très jeunes et ont déjà été condamnées plusieurs fois pour violences et usage de stupéfiants", a déclaré Philippe Guémas, procureur de la République d'Avignon (Vaucluse) ce lundi lors d'une conférence de presse, au cours de laquelle il a confirmé que les auditions des quatre personnes placées en garde étaient encore en cours.

Inscriptions visant des policiers à Lyon: la préfecture dénonce des menaces "graves, intolérables"

La préfecture du Rhône a condamné ce lundi les inscriptions menaçantes découvertes à Lyon dans le 8e arrondissement et visant des policiers.

"Quand on s'attaque à un policier, on s'attaque à chacun d'entre nous", a martelé Thierry Suquet, le préfet délégué. Ce dernier a dénoncé des "menaces graves et intolérables et de nature extrêmement violentes".

Un tag menaçant et faisant référence à la mort du policier Eric Masson, tué à Avignon la semaine dernière, a été découvert ce lundi sur le mur d'un groupe scolaire. L'inscription visait directement la Brigade spécialisée de terrain (BST) du 8e arrondissement de Lyon. Une enquête a été ouverte par le parquet.

L'avocat d'un des suspects affirme que son client "conteste formellement les faits"

L'avocat de l'un des suspects interpellés dimanche soir vient de prendre la parole à la sortie d'une première audition. "J'ai assisté un jeune garçon qui se dit totalement étranger aux faits qui lui sont reprochés", a expliqué Me Louis-Alain Lemaire. "Il conteste formellement les faits."

Son client affirme qu'il "était chez lui avec des membres de sa famille, pas dehors", au moment du meurtre d'Eric Masson à Avignon. "Il est complètement abattu, étonné" d'avoir été interpellé, assure son avocat. "Lorsqu'il a été arrêté cette nuit, il a cru qu'on était en train de l'enlever."

Des menaces visant des policiers découvertes à Lyon

Les policiers du 8e arrondissement de Lyon ont découvert ce lundi matin des menaces évoquant le meurtre de leur collègue à Avignon. Sur l'inscription, retrouvée sur un mur de la ville, on peut y lire: "Balle dans le front pour Eric Masson, prochaine cible BST (brigade spécialisée de terrain, NDLR) du 8ème".

Une enquête a été ouverte, indique une source proche du dossier à BFMTV.

Des menaces visant des policiers découvertes sur un mur à Lyon, le 10 mai 2021.
Des menaces visant des policiers découvertes sur un mur à Lyon, le 10 mai 2021. © BFMTV

Castex, Dupond-Moretti et Darmanin face aux syndicats de police en fin de journée

Jean Castex sera lundi soir sous pression des syndicats de police en colère qui réclament une réponse pénale plus forte contre ceux qui s'attaquent aux forces de l'ordre. Une réunion a été convoquée à Matignon, après le meurtre d'Eric Masson à Avignon, survenu dix jours après la mort de Stéphanie Monfermé à Rambouillet.

Tous les responsables syndicaux de la police font état de la "lassitude" des fonctionnaires face aux violences répétées. "Pas un jour ne passe sans qu'il y ait des heurts dans les quartiers difficiles avec jets de projectiles et tirs de mortier d'artifice ou des guets-apens", assure Grégory Joron (Unité SGP Police).

Ils réclament au gouvernement une "réponse pénale" forte pour les récidivistes et pour ceux qui agressent les policiers. Plusieurs pistes sont sur la table: fin de l'automaticité des remises de peine, instauration de peine minimum, peines incompressibles, et travail sur les mineurs.

Tous se tournent vers le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, qui participera d'ailleurs à cette réunion à Matignon, à partir de 19H45, de même que le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Après les interpellations, Darmanin avertit "ceux qui veulent s'en prendre aux forces de l'ordre"

Invité ce lundi matin de BFMTV-RMC, Gérald Darmanin a salué les quatre interpellations de dimanche osoir. "Il aurait été insupportable, pour les policiers, pour le ministre de l’Intérieur, mais pour tous les Français, que ces personnes puissent continuer à vivre en toute liberté ou se réfugier dans d’autres pays", a-t-il déclaré. "Donc je suis très heureux, très fier, des femmes et des hommes de la police nationale qui, hier ont fait ces interpellations."

Pour le "premier flic de France", cette avancée concrète de l'enquête constitue un véritable avertissement pour les délinquants.

"C'est un message donné à tous ceux qui veulent s'en prendre aux policiers et aux gendarmes, on ne vous laissera jamais tranquilles", tonne le membre du gouvernement. "Et en quatre jours, on a démontré qu'on ne laissera jamais tranquilles les trafiquants."

Les deux principaux suspects figurent parmi les quatre personnes interpellées

Parmi les quatre personnes interpellées dimanche soir figurent les deux principaux suspects: l’homme soupçonné d’avoir tiré sur Eric Masson et celui qui était avec lui au moment du meurtre, indique une source proche du dossier à BFMTV.

Le conducteur à qui ils ont fait appel pour prendre la fuite a également été arrêté, ainsi qu'une femme, la sœur du principal suspect.

Les trois premières interpellations ont eu lieu au péage de Remoulins, près d'Avignon. Elles se sont déroulées sans violence.

Des perquisition sont en cours à Avignon chez deux des suspects arrêtés

Des perquisition sont en cours à Avignon chez deux des suspects arrêtés, a appris BFMTV. Ils seront présentés à la justice ce lundi.

Quatre interpellations au total

Bonjour à tous et bienvenue dans ce direct consacré à l'enquête autour du meutre d'Eric Masson. Quatre personnes soupçonnées d'être liées au meurtre du policier mercredi à Avignon sur un lieu de deal ont été interpellées au total dimanche soir, a annoncé Gérald Darmanin sur BFMTV-RMC.

Parmi elles figurent le tireur présumé, son complice et le chauffeur. Les trois hommes ont été arrêtés par la BRI (Brigade de recherche et d'Intervention) alors qu'ils se dirigeaient vers l'Espagne, selon une source policière.

BFMTV