BFMTV

Deux-Sèvres: elle se fait harceler après avoir posté une annonce sur Le Bon Coin

Une jeune femme s'est fait harceler après avoir posté une petite annonce sur Le Bon Coin. (Photo d'illustration)

Une jeune femme s'est fait harceler après avoir posté une petite annonce sur Le Bon Coin. (Photo d'illustration) - AFP

Un homme de 25 ans a été condamné à un an de prison avec sursis, à Niort, après avoir harcelé une jeune femme. Il avait obtenu les coordonnées de sa victime, une habitante de Saint-Maixent-l'Ecole, dans les Deux-Sèvres, sur une petite annonce postée sur Le Bon Coin.

Sa vie est devenue un enfer, après avoir posté une petite annonce sur Le Bon Coin. Une habitante de Saint-Maixent-L'École, dans les Deux-Sèvres a été harcelée par un homme de 25 ans, qui lui demandait des photos dénudées, et qui a tenté de faire chanter sa victime, rapporte La Nouvelle République. Une affaire qui vient de se terminer devant le tribunal correctionnel de Niort. 

Retour sur les faits. Le 31 juillet 2014, cette jeune femme, à la recherche d'un emploi, décide de le faire savoir en postant une petite annonce sur Le Bon Coin. Et elle y laisse ses coordonnées téléphoniques.

Des photos de plus en plus dénudées

Elle est aussitôt contactée par quelqu'un se présentant comme une femme photographe, à la recherche de modèles pour des photos habillées et en sous-vêtements. La rémunération des séances photo, promet-elle, se tient à hauteur de 550 euros, et peut grimper jusqu'à 2000 euros. Mise en confiance, la jeune femme finit par accepter de lui envoyer une première photo toute habillée.

Mais l'homme, qui se cache en réalité derrière la photographe, se fait de plus en plus pressant. Il la bombarde de SMS, et sait se montrer persuasif. Il exige de la jeune fille des clichés à chaque fois un peu plus dénudés. La victime se laisse prendre au piège.

Peu à peu, les demandes deviennent érotiques, voire pornographiques. La jeune femme se décide enfin à déposer une plainte.

"En l'espace de 3h à la gendarmerie, elle ne recevra pas moins de 100 nouveaux textos! Sur un ton qui se fait de plus en plus menaçant sur la fin, et vire carrément au chantage", écrit La Nouvelle République.

Un an avec sursis

Le harceleur est très rapidement identifié. Cet homme, âgé de 25 ans, habite lui aussi la commune de Saint-Maixent-L'École, et n'est pas inconnu des services judiciaires. Il avait déjà fait l'objet d'une composition pénale, pour des faits du même ordre, précise le quotidien régional.

"Je reconnais, ce n'est pas défendable, depuis je suis une thérapie", a-t-il bredouillé à la barre du tribunal correctionnel.

Il a été condamné à un an de prison avec sursis, et mise à l'épreuve pendant deux ans avec obligation de soins.
C. P.