BFMTV

Cimetière profané à Labry: trois mineurs aux motivations "gothiques" ont reconnu les faits

L'un des crucifix vandalisé au cimetière de Labry, en Meurthe-et-Moselle.

L'un des crucifix vandalisé au cimetière de Labry, en Meurthe-et-Moselle. - Jean-Christophe Verhaegen - AFP

Plusieurs dizaines d'habitants de Labry défilaient mardi matin dans le cimetière pour vérifier si les sépultures de leurs proches étaient concernées mais les dégâts sont limités.Il s'agit de la cinquième profanation de cimetière dans le département depuis le début de l'année.

Une quarantaine de tombes chrétiennes ont été profanées dans le cimetière de Labry en Meurthe-et-Moselle, avec des "crucifix retournés ou brisés et une plaque funéraire dégradée", a annoncé lundi le ministère de l'Intérieur. Mardi, une fille de 12 ans et deux garçons de 14 et 15 ans ont été interpellés, a annoncé le procureur de la république mardi en fin de matinée. Les jeunes suspects, aux motivations "gothiques" selon le procureur Yves Le Clair, ont reconnu les faits. L'adolescente, qui selon les enquêteurs ne serait pas entrée dans le cimetière, a été simplement entendue, tandis que les deux garçons ont été placés en garde à vue, a précisé le magistrat.

Les trois adolescents, qui habitent dans les environs de Labry, devront être présentés à un juge des enfants en vue d'une mise en examen pour "violation de sépulture", un délit passible, pour les mineurs, de six mois d'emprisonnement.

"Ce lundi après-midi, les policiers de Conflans-en-Jarnisy ont constaté la profanation d'une quarantaine de tombes chrétiennes dans le cimetière de la commune de Labry", détaillait le communiqué du ministère, qui précisait qu'"il s'agit de la cinquième profanation de cimetière dans le département depuis le début de l'année". 

Défilé des familles

Plusieurs dizaines d'habitants de Labry défilaient mardi matin dans le cimetière pour vérifier si les sépultures de leurs proches étaient concernées mais les dégâts sont limités. Le ou les auteurs des faits ont surtout déplacé des objets, notamment des crucifix qu'ils ont retourné la tête en bas.

"C'est honteux, le cimetière est un lieu de recueillement", a commenté l'adjoint au maire. Au total, seuls quatre ornements funéraires ont été brisés, avait déclaré lundi le procureur de Briey, Yves Le Clair, soulignant par ailleurs que le cimetière militaire jouxtant le cimetière civil n'avait subi aucune dégradation.

L'"indignation" de Valls

"Ces actes inacceptables appellent une réponse pénale ferme. Les enquêtes devront permettre d'en poursuivre les coupables", ajoute le ministère. "Nous prenons cela très au sérieux", a dit le procureur de Briey, Yves Le Clair, qui a toutefois évoqué des "dégradations", plutôt qu'une "profanation". Selon le magistrat, c'est le maire de Labry, commune située à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Metz, qui a appelé la police à la suite de ces dégradations.

Le Premier ministre Manuel Valls a fait part de son "indignation" lundi matin sur Twitter et demandé des "sanctions dures":

"Un bon quart des tombes a été dégradé"

"Labry est un village calme où il fait bon vivre mais force est de constater que là, ce n'est pas joli de voir ça, dit Luc Ritz, le maire du village à BFMTV. Le cimetière compte 200 tombes, c'est donc un bon quart qui a été touché et qui a fait l'objet de vandalisme. C'est toujours choquant de voir ce genre de dégradations sur des pierres tombales". 

"Trente-cinq ornements funéraires, principalement des crucifix et des plaques, ont été déplacés", dont quatre ont été brisés, a précisé Yves Le Clair. "Le cimetière militaire qui jouxte le cimetière civil où se sont déroulés ces faits n'a subi aucune dégradation", a-t-il encore souligné. "D'après les dires du maire de Labry, ces faits sont susceptibles d'être l'oeuvre de jeunes pour faire les idiots", a encore dit le procureur.

S.A. avec AFP