BFMTV

Cathédrale de Nantes: pour l'avocat du gardé à vue, "aucun élément ne rattache son client à l'incendie"

Un bénévole du diocèse a été placé en garde à vue samedi après-midi. Il était notamment chargé de fermer la cathédrale vendredi soir.

Un homme a été placé en garde à vue samedi après-midi dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de la cathédrale de Nantes. Il s'agit d'un bénévole du diocèse notamment chargé de fermer l'édifice vendredi soir. Interrogé sur BFMTV, son avocat assure qu'"aucun élément ne le rattache à l'incendie".

"Il n'y a aucun élément qui rattache directement mon client avec l'incendie", a assuré Quentin Chabert, avocat de l'homme en garde à vue. Et de poursuivre: "S'il s'avérait que la cause de l'incendie n'était pas accidentelle, la meilleure des communautés à pouvoir faire preuve de miséricorde à l'encontre de l'auteur ou des auteurs de l'incendie, c'est bien la communauté catholique."

"Il faut relativiser"

L'avocat a par ailleurs appelé à "relativiser la situation", rappelant que même s'il s'agit d'un bien "très important", "il n'y a pas eu de vie humaine mise en danger".

Les enquêteurs souhaitaient entendre cet homme "sur les conditions" de fermeture de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, notamment pour "préciser certains éléments de son emploi du temps" mais "toute interprétation qui pourrait impliquer cette personne dans la commission des faits est prématurée et hâtive", a insité de son côté le procureur.

Les causes de l'incendie n'ont, pour l'heure, pas été déterminées, mais une enquête est ouverte pour "incendie volontaire", après que trois départs de feu ont été constatés sur les lieux.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV