BFMTV

Calais: la justice ordonne à la ville de laisser le Secours catholique installer des douches pour les migrants

-

- - Illustration - Capture BFMTV

La municipalité de Calais et le Secours catholique sont en conflit au sujet de l'installation de douches sur un terrain privé de l'association.

La ville de Calais vient de prendre un arrêté visant à bloquer l’entrée d’un terrain occupé par le Secours catholique. Par cette décision du 8 février dernier, la municipalité veut empêcher l’installation de modules de douches destinés à être utilisés par les migrants, comme le rapporte le quotidien régional La Voix du Nord.

Une grande benne a été installée devant l’entrée afin d’empêcher toute livraison. Le Secours catholique a décidé de se pourvoir en justice, et a formulé le vendredi suivant une demande de référé-liberté devant le tribunal administratif de Lille.

L'ONG évoque "l’urgence sanitaire" justifier sa décision d’installer ces douches de fortune. En face, la ville de Calais se défend en expliquant que cela risquait de créer "un nouveau point de fixation de migrants, et de faire ainsi capoter le dispositif d’éloignement mis en place par les autorités".

"Ouvrir des douches comme cela, c’est créer un appel d’air"

Lundi 13 février, la justice a finalement donné raison au Secours catholique, non pas sur l’importance d’installer des douches mais en ordonnant le retrait de la benne posée devant l’entrée du terrain par la municipalité. Aucun chantier à proximité ne peut en effet justifier son installation à cet endroit. La juge estime que "le maire de Calais a porté une atteinte grave et manifestement illégale au droit de propriété".

Le premier adjoint, Emmanuel Agius, assure que la mairie prépare une contre-attaque. "Ouvrir des douches comme cela, c’est créer un appel d’air", estime-t-il. "Nous allons prendre un arrêté interruptif de travaux, et il y aura vraisemblablement une autre audience. Maintenant, sur le fond, on ne peut pas laisser une association se mettre en marge, comme ça, presque en free lance".

James Abbott