BFMTV

Bordeaux: un adolescent de 16 ans blessé par balles meurt à l'hôpital

Les faits se sont déroulés quai des Salinières

Les faits se sont déroulés quai des Salinières - Google StreetView

Deux personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête diligentée par le parquet de Bordeaux.

Un jeune migrant originaire du Maghreb a été mortellement blessé à Bordeaux par un tir d'arme à feu dans la nuit de vendredi à samedi, et un suspect, connu pour trafic de stupéfiants, a été placé ce dimanche en garde à vue, a appris l'Agence France-Presse auprès du parquet.

Le jeune homme, grièvement blessé, s'était présenté au centre hospitalier universitaire de Bordeaux, accompagné d'un autre jeune homme, vers 5H00 du matin, samedi. Tous deux venaient d'être déposés par une voiture qui était ensuite repartie. Malgré les soins prodigués sur place, le jeune homme, qui présentait des blessures par balles et à l'arme blanche au niveau du thorax et de l'abdomen, est décédé peu après son arrivée, selon le quotidien Sud-Ouest.

L'enquête menée par la direction interrégionale de la police judiciaire, sous l'autorité du parquet de Bordeaux, a rapidement permis l'arrestation et le placement en garde à vue dimanche en début de matinée d'un homme, âgé d'une trentaine d'années, "soupçonné d'être l'auteur de l'homicide", a indiqué à le procureur de la République adjoint de Bordeaux Olivier Etienne.

Un lieu "connu pour le trafic de produits stupéfiants"

Le trentenaire a été intercepté sur une aire d'autoroute au sud de Bordeaux, alors qu'il prenait la route de l'Espagne, en compagnie d'une autre personne, qui a elle aussi été placée garde à vue, a-t-il ajouté. Le principal suspect, un ressortissant étranger installé en France depuis plusieurs années, est "connu pour de nombreux faits et notamment des infractions liées aux stupéfiants", selon la même source.

Les investigations se poursuivent pour déterminer les circonstances exactes du meurtre qui s'est déroulé en centre-ville, dans le quartier des Salinières, un lieu "connu pour le trafic de produits stupéfiants", a relevé le magistrat. "Les enquêteurs vont devoir vérifier si l'agression est liée au trafic" de drogue, a-t-il souligné.

Les policiers effectuaient par ailleurs des vérifications pour établir l'âge et l'identité du jeune homme, vraisemblablement d'origine marocaine. L'autopsie réalisée dimanche a fait ressortir qu'il est décédé d'un "impact unique d'arme à feu", une arme de poing, a précisé Olivier Etienne.

Hugo Septier avec AFP