BFMTV

BFMTV avec le Raid: pour la première fois, l'unité accepte de montrer son entraînement en direct

Le Raid est une unité d'intervention de la police nationale.

Le Raid est une unité d'intervention de la police nationale. - AFP

Pour la première fois, le Raid a accepté d'ouvrir ses portes à une équipe de télévision en direct. Notre journaliste, Stefan Etcheverry, a participé aux entraînements et simulations de l'unité d'intervention de la police nationale.

Comment s'entraînent et comment travaillent les policiers du Raid? Le mystère plane autour de l'unité d'intervention de la police nationale appelée sur les opérations délicates. Pour la première fois, les discrets hommes en noir ont accepté de se laisser filmer en direct par BFMTV lors de leur entraînement et lors de leur préparation à l'unité centrale du Raid basée en Essonne. 

Des hommes "prêts à faire face à tout type de crise"

Notre journaliste Stefan Etcheverry a d'abord participé à un entraînement avec ces policiers dont la condition physique doit être excellente. Musculation, boxe, sport de combat... la préparation physique est essentielle et centrale dans leur quotidien. 

"En permanence les gars s'entraînent parce qu'il faut être prêt à faire face à tout type de crise, tant au niveau physique que tactique", explique face à notre caméra Jean-Baptiste Dulion, chef du Raid. "On prend de bons policiers de terrain (avec) des moyens particuliers, en termes physiques, de mental, de résistance au stress. On cherche des combattants, d'où la pratique de certains sports comme la boxe ou le judo."

L'assaut au cœur de leur travail

Cœur de métier des policiers du Raid: l'assaut. Le Raid a simulé une intervention pour déloger un terroriste retranché dans un bâtiment. Formation de la colonne d'assaut, puis intervention: les policiers font sauter une porte avant de lancer un chien, spécialement formé pour ce type d'opération. Un scénario qui n'est pas sans rappeler l'assaut lancé contre les terroristes du 13-Novembre réfugiés dans un appartement à Saint-Denis.

"On ne se contente pas uniquement de maîtriser et d'interpeller l'individu, il faut également que l'on s'assure que l'ensemble des lieux soit sécurisé puisqu'après nous, les officiers de police judiciaire vont procéder à l'enquête", explique l'un des hommes du Raid face à notre caméra.

Autre configuration: la prise d'otages. Notre journaliste a joué le rôle de l'otage en attendant l'intervention des policiers. Toujours cagoulés pour ne pas être reconnus, ils nous ont expliqué leurs méthodes sans rompre la confidentialité par rapport à leurs techniques d'intervention.

Une unité d'élite

Le Raid est une unité d'intervention de la police nationale créée en 1985 pour lutter contre le grand banditisme, la criminalité organisée et le terrorisme. A peine créé, l'unité est intervenue sur la prise d'otages au palais de justice de Nantes qui s'était soldée par la reddition des preneurs d'otages. Depuis, ce service, dépendant de la Direction générale de la police nationale, et dont l'acronyme signifie "Recherche, assistance, intervention, dissuasion", s'est illustré par de nombreuses interventions.

Il est à l'origine de l'interpellation des principaux membres du "gang des postiches" en 1986, l'arrestation des membres d'Action directe en 1987 ou encore la libération des enfants pris en otage dans une école de Neuilly par "Human Bomb" en 1993. Plus récemment, le Raid a mené le siège en 2012 de l'appartement où était retranché Mohammed Merah, l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban.

Trois ans plus tard, ces policiers ont participé aux recherches pour retrouver les auteurs de l'attentat de Charlie Hebdo. Ils étaient également déployés et ont participé à l'assaut de l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes et de l'appartement de Saint-Denis où était retranché Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attaques de Paris et Saint-Denis.

Justine Chevalier